Consignes aux contributeurs

Consignes aux contributeurs

Chaque membre du RT peut proposer de la compléter la bibliographie du RT et ses sous-rubriques.

Pour chaque proposition, les principes de sélection suivants :

  • les références doivent relever principalement de la sociologie et plus largement des sciences sociales. 
  • il faut privilégier la qualité scientifique des références, tant sur le plan théorique que méthodologique et empirique, plutôt que chercher l’exhaustivité
  • Donner une place de choix aux références bibliographiques qui s’inscrivent dans le projet scientifique du RT37 (tel que définit notamment dans l’article https://www.biens-symboliques.net/259), qu’il s’agisse des publications des membres du RT37 ou d’auteurs proches de ses orientations scientifiques. Les autres références sont bienvenues à condition qu’elles respectent les deux critères précédemment indiqués : s’inscrire dans la tradition sociologique et faire preuve d’une grande rigueur scientifique
  • S’agissant d’une bibliographie en ligne, merci d’indiquer systématiquement les liens html des références mentionnées (lorsqu’elles existent), afin de permettre aux lecteurs de rapidement trouver la ressource.
  • Certaines références peuvent apparaître plusieurs fois, dans des rubriques différentes.
  • Merci de respecter strictement les consignes de mise en forme des références :

Les références sont listées par ordre alphabétique des noms d’auteur·e·s, puis pour un·e même auteur·e, par ordre chronologique croissant.

Prendre soin de mentionner le nom du traducteur ou de la traductrice et la langue d’origine le cas échéant, que ce soit les traductions de toutes langues d’origine vers le français ou du français vers une autre langue. Quelle que soit la langue de publication du texte cité, la référence suit les normes françaises (avec des guillemets chevrons «  », l’abréviation (dir.), etc.) 

Les noms d’auteur·e·s seront en Petites capitales que l’on peut obtenir grâce au raccourci clavier suivant : Cmd+Maj+K (sur MAC) ou Ctr+Maj+K (sur PC). Il faut que le prénom soit mentionné en entier. La particule figure en petite capitale entre parenthèses après le nom et le prénom :  

Bouveresse Jacques (2001). Schmock ou le triomphe du journalisme. La grande bataille de Karl Kraus. Paris, Seuil (Liber). 

Il faut mettre un point: après l’année, entre le titre et le sous-titre, avant la ville et à la fin de la référence

Pour citer la maison d’édition, ne pas mettre « Editions » exemple : « La Découverte », « Seuil », « Flammarion », « Gallimard », « Minuit », « Antipodes »… Sauf  quand cela porte à confusion ou bien que la maison d’édition est un service d’une université ou d’une institution : exemple : « Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme », «  Presses Universitaires de Vincennes », « Éditions Amsterdam »…

La collection doit être indiquée entre parenthèses après la maison d’édition.

La date de première édition est indiquée entre crochets après la date de parution de la dernière édition.

Une information complémentaire peut être insérée entre parenthèses juste après le titre de l’ouvrage : (Rapport final FNRS N° 30-4587), (5e éd. rev. et aug.), (traduit du chinois par Pierre Leroux), …

Le lien html, s’il existe, doit être indiqué après la mention [En ligne]. Si le document n’est pas disponible en ligne, vous pouvez mentionner la page de l’éditeur consacrée à cette référence en indiquant [Site éditeur] suivi du lien html

Pour citer un livre  

Neveu Erik (2019) [2001]. Sociologie du journalisme (5e ed.). Paris, La Découverte (Repères). [En ligne] https://www.cairn.info/sociologie-du-journalisme–9782348041846.htm  

Charle Christophe (2004). Le siècle de la presse (1830-1939). Paris, Seuil (L’Univers historique). [Site éditeur] https://www.seuil.com/ouvrage/le-siecle-de-la-presse-christophe-charle/9782020361743 

Ne pas mettre le nombre de pages que contient l’ouvrage.

 Pour citer un chapitre  

Champagne Patrick (2004). « Sur la ‘médiatisation’ du champ intellectuel. A propos de Sur la télévision de Pierre Bourdieu ». In Louis Pinto, Gisèle Sapiro & Patrick Champagne (dir.). Pierre Bourdieu, sociologue. Paris, Fayard (Histoire de la pensée): 431-458.

 Pour citer un article dans un périodique  

Benson Rodney (1999). « Field Theory in Comparative Context: A New Paradigm for Media Studies ». Theory and Society, 28(3): 463-498.

Ferron Benjamin, Comby Jean-Baptiste, Souanef Karim & Berthaut Jérôme (2018). « Réinscrire les études sur le journalisme dans une sociologie générale ». Biens Symboliques/Symbolic Goods, 2. [En ligne]  https://revue.biens-symboliques.net/259 

 Attention : le volume est avant le numéro qui est entre parenthèses (exemple 1). Le volume peut correspondre à l’année. Cependant toutes les revues ne fonctionnent pas en volume, certaines n’ont qu’un numéro (exemple 2).

Pour citer un article paru seulement en ligne  

Becker Howard (2020). « Le New Yorker et moi ». AOC. [En ligne] https://aoc.media/opinion/2020/09/21/le-new-yorker-et-moi/?fbclid=IwAR2DJdofYgmf9eU3d8oG_1nS3DlBRTNw4ZvHp7AaiHPkEupAu0x64-6yks8 [consulté 9 décembre 2020].Pour trouver les traductions parues, avec les titres, les maisons d’édition et les noms des traducteurs vous pouvez vous en référer à la l’index Translationum : http://www.unesco.org/xtrans/

Quelle autonomie (de la sociologie) du champ journalistique aujourd’hui ?

 

Journée d’étude du RT37 “Sociologie des médias” de l’Association Française de Sociologie (Paris, 6-7 juin 2017)

Ces journées de travail souhaitent faire le point sur le journalisme en tant qu’espace relativement autonome, structuré et structurant. Deux constats les motivent.

Tout d’abord le sentiment, fort, que la sociologie a, depuis quelques années, délaissé l’objet « journalisme » alors même que ce champ professionnel continue à jouer un rôle central dans les catégorisations du monde social et la perpétuation des inégalités qui le traverse. Dynamique dans les années 1990-2000, la sociologie du journalisme est aujourd’hui en perte de vitesse. Il nous paraît donc important de mobiliser à nouveau les sociologues sur l’étude du journalisme, voire des « médias » aussi problématique puisse être la définition ce terme.

A défaut, et c’est un second constat, ces objets sont abandonnés à des travaux sur les contenus médiatiques qui, dans une forme d’enfermement sur leurs propriétés internes (Champagne, 1989 ; Neveu, 2010), ignorent les structures, les agents qui les font tenir, les relations d’interdépendances entre l’espace de production et les autres champs (politique, économique, littéraire, sportif, scientifique…) ou la manière dont ces rapports déterminent ce qui est dit ou écrit par les journalistes (Benson, 2004). Ces analyses contribuent ainsi à alimenter un sens commun savant sur les mutations des médias « à l’ère numérique ».

C’est donc enfin pour évaluer sociologiquement les éventuelles recompositions du journalisme qu’il nous a semblé utile de se demander : Où en est le champ journalistique ? Où en sont les recherches sur le champ journalistique ? Dans le cadre des réflexions du Réseau Thématique 37 « Sociologie des médias » de l’Association française de sociologie (AFS), nous souhaitons rappeler la nécessité de nous positionner dans une sociologie générale, ce qui implique, par exemple, de penser le journalisme comme un espace historiquement et socialement situé pour saisir comment il travaille et est travaillé par les hiérarchies matérielles et symboliques entre les groupes sociaux.

Le programme des sessions s’inspire de celui esquissé par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1994) et ses contemporains (Champagne, 1991 ; ARSS, 1994, 2000).

La première session explore l’emprise réciproque entre les univers journalistique et politique. Rappelant les fondements de cette dépendance et ses évolutions, cette session interroge également, à partir de l’analyse de trajectoires sociales d’agents en politique, le poids des ressources médiatiques dans le jeu politique et, par ce biais, la place du journalisme dans les transformations du champ politique. Le concept de « capital médiatique[1] » et son articulation avec celui de champ, seront questionnés.a première journée porte sur « la double dépendance » (Champagne, 2016), à savoir sur les relations entre le journalisme et les champs politique et économique.

La deuxième session envisage les formes de l’emprise du marché sur le journalisme et en particulier les agents sociaux qui l’exercent, à commencer par les dirigeants de presse d’information politique et générale. En plus de se porter sur le marché de l’information, le regard se pose sur la formation au métier et la manière dont les investissements patronaux l’infléchissent. En prenant comme exemple les nominations dans l’audiovisuel extérieur, cette session montre également la voie pour éviter l’économicisme en envisageant la télévision non pas comme un espace uniquement structuré par le capital économique, mais comme un lieu également réglé par des logiques hautement politiques incarnées par les trajectoires des agents occupant des positions de pouvoir dans l’audiovisuel public.

La troisième session examine la morphologie de l’espace des journalistes en étudiant principalement leurs trajectoires sociales, leurs formations et leurs parcours professionnels. Les contributions reviennent sur la genèse du champ journalistique, l’état actuel de ses frontières incertaines et cherchent à caractériser ses principes de division interne. Que nous disent les données disponibles sur les professionnels de l’information et leurs carrières, de l’autonomie du champ journalistique ? Une attention est également portée aux coordonnées sociales, aux orientations politiques ainsi qu’aux styles de vie des journalistes. Il s’agit ainsi de discuter de la place du journalisme dans les rapports de pouvoir entre les classes sociales.a deuxième journée interroge la structuration interne du journalisme et la contestation (relative) des règles en vigueur dans cet espace.

La quatrième session explore les mécanismes sociaux qui sous-tendent les entreprises de contestation de la légitimité journalistique. Dans quelle mesure une sociologie du champ journalistique permet-elle de rendre compte des stratégies des agents qui en contestent les logiques dominantes de consécration ? Ces individus et groupes ont-ils des propriétés sociales, notamment en termes de capital économique, social et culturel, qui les prédisposent à s’engager dans des luttes pour la transformation des rapports de forces qui prévalent dans le champ journalistique ? Lesquels ont les moyens de convertir des ressources externes pour peser davantage dans les luttes internes ? Lesquels privilégient la construction d’espaces de contestation relativement protégés de la domination symbolique exercée par les agents mieux dotés en capitaux ?

Au-delà, il s’agira donc de s’interroger sur les conditions de possibilité d’enquêtes (sur le journalisme, l’édition, le divertissement, le cinéma,…) outillant, et outillées par, le concept de champ. Quels programmes de recherche et mutualisations possibles dans un contexte contraignant de course (forcée) à la publication et d’injonction à une interdisciplinarité propice à la diffusion d’analyses sur les médias dont les opérations de rupture avec le sens commun, à la base du métier de sociologue, sont parfois inabouties, voire même impensées ?’autres questionnements plus généraux serviront de fil conducteur aux échanges : Est-il encore pertinent de parler de champ journalistique alors que ses recompositions récentes suggéreraient sa dilution (Champagne, 2016) ? N’est-il pas plus heuristique d’appréhender le journalisme à partir d’une sociologie des champs de production culturelle de grande diffusion (Marchetti, 2012) restituant davantage l’allongement des chaînes d’interdépendances et les circulations entre les espaces (journalisme, animation, production…) ? Est-il envisageable de parler de « champ médiatique », unité d’analyse souvent utilisée dans le langage sociologique sans pour autant être discutée en profondeur ? Comment éviter le risque de la multiplication des champs, à l’image de la tendance des sciences sociales à « accumuler les capitaux » (Neveu, 2013) ?

Télécharger le compte-rendu complet de la journée d’étude