Archives de catégorie : Journées d’étude & Colloques

AAC / “Produire l’information en continu : La nouvelle norme professionnelle du journalisme ?” (date limite d’envoi des propositions : 6 mai 2024)

Produire l’information en continu
La nouvelle norme professionnelle du journalisme ?

Journées d’étude
12-13 décembre 2024 à Marseille

L’intérêt sociologique pour la production de l’information journalistique, qui émerge en France dans les années 1980-1990, et s’épanouit au cours des années 2000, semble s’émousser depuis une quinzaine d’années1.
Le champ journalistique et les pratiques professionnelles ont pourtant beaucoup changé : la numérisation et la plateformisation ont transformé les pratiques professionnelles et les usages des publics, de nouvelles spécialités journalistiques et de nouveaux protagonistes ont émergé (comme les professionnels chargés du référencement pour favoriser la diffusion par les « infomédiaires », des fact- checkeurs, etc.), les hiérarchies professionnelles ont évolué… Parmi toutes ces transformations, une encore peu explorée mérite de constituer l’hypothèse centrale de ces journées d’étude : l’extension de la pratique de l’« information en continu », autrement dit la cohabitation en simultané et de manière intriquée, au sein des organisations médiatiques, des activités de production et d’édition pour satisfaire une stratégie de diffusion ininterrompue de contenus journalistiques. Alors qu’elle était, au début des années 2000, cantonnée à quelques médias audiovisuels dominés dans le champ journalistique (Baisnée & Marchetti, 2000) ou à l’occasion d’événements extra -ordinaires de retentissement mondial2, cette pratique journalistique s’est largement développée au point d’apparaître comme une norme du journalisme en général.

Une analyse relationnelle d’enquêtes empiriques sur les pratiques journalistiques

Les journées d’étude « Produire l’information en continu : la nouvelle norme professionnelle du journalisme ? » ont pour objectif de mettre à jour les connaissances sociologiques sur la fabrication quotidienne de l’information journalistique (newsmaking). La série de travaux empiriques rassemblée à cette occasion sera ensuite publiée dans un dossier de revue. Ces enquêtes sociologiques, monographiques ou comparatives, porteront sur les pratiques journalistiques de production de l’information quotidienne. Cela implique une méthodologie faisant appel à des entretiens ou des observations, qui peuvent éventuellement être étoffés par des analyses de contenu et des traitements statistiques.

Par ailleurs, pour se prémunir du risque d’une généralisation excessive qui consisterait à analyser l’information en continu comme une pratique uniformément observable dans tous les sous-espaces du champ journalistique, la démarche est résolument relationnelle. En posant la question de l’emprise plus ou moins grande de cette norme professionnelle sur les pratiques professionnelles, et les modalités différentes qu’elle peut prendre, d’une rédaction à une autre, d’un service, voire d’un journaliste à un autre, il s’agit de saisir comment elle s’exerce de manière plus ou moins forte en différents points de l’univers professionnel. La réunion de recherches articulant enquêtes de terrain et points de vue théoriquement construits doit permettre de comparer et donc de mesurer un peu mieux, à l’issue de ces journées d’étude, l’ampleur de ces évolutions. Les propositions pourront analyser aussi bien les moda lités de fonc tionnement d’une réda c tion que la produc tion journa l istique d’ u n évènement particulier.

Un nouveau modèle d’excellence professionnelle ?

Cette approche consiste à interroger la pratique de l’information en continu comme un nouveau modèle d’excellence professionnel le au sein du champ journalistique. D’une part, les média s pratiquant traditionnellement l’information en continu, notamment les chaînes de télévision, sont plus nombreux et moins marginaux. D’autre part, d’autres rédactions qui étaient traditionnellement éloignées de cette pratique (la presse écrite) s’y convertissent3, à la faveur du développement des technologies numériques qui ont levé les freins techniques et permis de multiplier les canaux de diffusion de productions médiatiques, des canaux hertziens de la radio-télévision à la radio et télévision numériques terrestres, en passant par le développement des sites web, des plateformes et des réseaux socionumérique s.

Cette évolution rend possible la pratique d’une information produite et diffusée très rapidement. Si cela n’implique pas mécaniquement que toutes les rédactions y recourent, de facto la pratique est aujourd’hui beaucoup plus répandue, et cette nouvelle donne incite chaque média à questionner sa politique éditoriale sur le plan des formats proposés à son public, de leur temporalité de diffusion, et par conséquent sur leurs normes de production de l’information. Là où la compétition pour la « primeur » s’était longtemps jouée au sein de chaque catégorie de média (entre chaînes de télévision généralistes, entre stations de radios, ou entre titres de la presse imprimée d’information généraliste ou spécialisée) et dans des créneaux horaires spécifiques (journaux télévisés de mi et fin de journée, « matinales » des radios, et sorties en kiosques), les capacités de diffusion permanente offertes par les nombreux canaux numériques dont se sont dotées les rédactions favorisent le renforcement de luttes concurrentielles entre toutes les rédactions et à tout moment de la journée.

Des communications prenant pour objet la presse en ligne pourront par exemple étudier l’injonction au « web first » (Ruffio, Hubé, 2022) que l’on observe dans beaucoup de titres. L’étude de la division du travail serait ici intéressante : qu’est-ce qui relève de l’information en continu ? Et qu’est-ce qui relève de la publication papier ? Les terrains d’enquêtes consacrés à l’information dite locale ou régionale, caractérisée depuis des décennies par des configurations de quasi-monopole par média (un quotidien départemental ou régional, une station de Radio France et une chaîne régionale de France 3) pourraient être un point d’observation et d’analyse pertinent d’une redéfinition des rapports de forces à l’échelle du champ de l’information locale.

L’hypothèse de l’information en continu comme modèle d’excellence journalistique va plus loin. Cette pratique n’est pas seulement plus répandue. Elle est aussi reconnue comme une activité légitime, voire comme la norme de légitimité en fonction de laquelle chaque rédaction ou chaque journaliste doit se situer. On peut en effet se demander si cette norme ne pèse pas indirectement, par une sorte d’effet de champ, sur les médias qui ne font pas de l’information en continu, ne serait-ce qu’en interrogeant leur business model voire leur raison d’être éditoriale. Comment les finalités et les modalités de production de l’information dans ces médias sont-elles susceptibles d’évoluer pour justifier leur existence (et leur prix) auprès des publics visés, alors que l’information est disponible immédiatement, et souvent gratuitement, en ligne ? Dans quelle mesure le développement de projets de « long-form journalism » et de « slow journalism » peut-il être analysé comme un repositionnement de collectifs ou de journalistes aux dispositions spécifiques, face à l’emprise grandissante de la norme de l’information en continu ?

En interrogeant la pratique de l’information en continu comme un nouveau modèle d’excellence professionnel, l’appel incite ainsi à réfléchir de manière relationnelle aux transformations du champ journalistique et du newsmaking en général. Il invite à croiser les quatre fils suivants.

Axe 1. Les transformations de la structure du champ journalistique

La montée en puissance de la pratique de l’information en continu ne peut se dispenser de questionner ses conditions socio-économiques de possibilité. Elle semble correspondre à un renforcement du pôle commercial du champ journalistique et une généralisation de ses modalités pratiques de production de l’information. La montée en puissance des canaux de diffusion de l’information en ligne va de pair avec le déclin des ventes de la presse écrite et de l’audience de la télévision. Les années 2000 marquent, à ce titre, un tournant dans la transformation industrielle des groupes de presse écrite. Confrontés à un recul constant de leurs audiences payantes et à une fragilisation de leurs revenus publicitaires, les journaux régionaux comme nationaux entament aussi la diversification de leurs modes de diffusion. L’extension de l’information continue est aussi liée aux politiques publiques qui participent de la structuration du secteur des médias. Le développement de la Télévision numérique terrestre (TNT) à partir de 2005 s’est traduit par la multiplication de chaînes (de 6 chaînes nationales « hertziennes » à 27 chaînes nationales gratuites), le plus souvent thématiques. Parmi ces nouveaux entrants, on compte désormais quatre chaînes d’information en continu, qui contribuent à la production et à la circulation des normes professionnelles émergentes interrogées dans cet appel. L’audience des médias en ligne progresse à la mesure de l’équipement et de la connexion des ménages, qui permettent une démocratisation de l’accès aux contenus numériques, d’autant que ceux-ci sont diffusés massivement gratuitement (Legavre, Rieffel, 2017 ; Cagé, Hervé, Viaud, 2017). Coté production de l’information, les innovations techniques favorisent un renouvellement des formats publiés par les journaux de presse écrite (vidéos, datavisualisation…) mais également un affranchissement des contraintes temporelles de « bouclage » et d’impression. La création des premiers live-blogs de suivi en continu de l’actualité à partir de 2009 (Pignard-Cheynel, Sebbah, 2022) marque l’entrée de la presse écrite dans l’univers de l’information en continu. Désormais, devoir informer (et être informé coté public) en « temps réel », « minute par minute » sur un « événement » majeur semble relever des missions d’intérêt général d’un « journal ».

Axe 2. L’évolution de la division du travail

L’étude de l’information en continu comme modèle d’excellence invite ensuite à une analyse organisationnelle de la production de l’information, en fonction des contraintes et des logiques temporelles, d’audiences et économiques.
D’une part, on peut se demander si les spécialités journalistiques qui se sont constituées et sédimentées sur le temps long du processus de professionnalisation du métier sont affectées par cette norme. Dans quelle mesure celle-ci change-t-elle les pratiques de collecte ou de mise en forme, le rapport aux sources, dans le journalisme politique, économique, culturel ou sportif par exemple ? Se traduit-elle nécessairement par une perte d’initiative journalistique, l’urgence du travail plaçant selon toute vraisemblance les journalistes dans une plus grande dépendance aux sources institutionnelles ? Par exemple, le journalisme politique devient-il davantage un journalisme de desk, relayant et commentant les prises de position sur les réseaux socionumériques plus que les propos informels glanés « en off » ou dans les couloirs du pouvoir ? Sur les chaînes de télévision, les activités du reporter dépêché sur le terrain consistent pour une grande part de son temps à « incarner » la présence du media sur le terrain plutôt qu’à collecter des informations. Cette présence peut d’ailleurs aller jusqu’à gêner le travail des autres reporters quand les équipes de perchistes et de cameramen occupent tout l’espace du Salon de l’agriculture, contraignant les journalistes des autres médias à adopter un autre regard (Chupin, Mayance, 2020). D’autre part, il semble que la production de l’information en continu favorise l’émergence et l’institutionnalisation de nouvelles spécialités journalistiques. L’on pense par exemple à l’animation des fils de discussion lors des « lives » (Pignard-Cheynel & Sebbah, 2022), mais aussi aux fact-checkers (Vauchez, 2019) qui viennent vérifier en direct la véracité des propos rapportés. À la télévision, le développement de l’information en continu s’accompagne d’un renforcement du rôle et de la place occupés par les « éditorialistes » sur les plateaux « en direct », pour assurer un traitement permanent de « l’actualité ». De même les rédacteurs en chef et chefs de services habituellement dévolus principalement à des tâches d’organisation du travail de la rédaction et de direction éditoriale des journaux trouvent une nouvelle visibilité pour assurer une présence à l’antenne. Selon les évènements, l’autonomie de travail des JRI sur le terrain peut être réduite à la production d’un flux d’images sans cadrage spécifique (manifestations, salons de l’agriculture, etc.) quand leur fonction n’est tout simplement pas rendue inutile par l’utilisation d’images produites par les organisateurs ou issues des réseaux socionumériques. Le travail de montage et de sélection est alors fait depuis le siège.
Au-delà de l’analyse particulière de telle ou telle spécialité, il faut aussi interroger l’évolution de la division du tra va il, des ra pports entre spéc ia lités , et nota mment l’évolution des hiéra rc hi e s professionnelles. On peut par exemple faire l’hypothèse que le modèle d’excellence de l’information en continu renforce la domination croissante des journalistes généralistes sur les spécialistes, qui se dessinait déjà dans les années 1990 (Marchetti, 2002), qu’il s’agisse, à la télévision, des fonctions de journalistes-rédacteurs ou reporters, comme des fonctions des éditorialistes-commentateurs.

Axe 3. Les temporalités de production et de publication : le nouvel enjeu des luttes autour de la valeur de l’information

La constitution de l’information en continu comme nouvelle norme professionnelle interroge aussi les mutations et la redéfinition de la valeur de l’information journalistique (newsworthiness). L’opposition entre slow information et fast information a-t-elle remplacé celle entre hard et soft news ?

On peut faire l’hypothèse que la montée des pratiques d’information en continu n’est pas pour autant synonyme d’un alignement des critères d’excellence sur la seule course à la primauté, mais qu’elle s’accompagne d’une réactualisation voire d’une intensification de l’opposition entre deux conceptions de la valeur de l’information. D’un côté, la valeur de la nouveauté fonde l’intérêt d’une information sur le fait qu’elle est produite, publiée et mise à jour très rapidement et tout au long de la journée. D’un autre côté, on observe un regain de la critique du traitement quotidien de l’« actualité ». Celui-ci a en effet été de longue date dénigré pour sa « superficialité » (en particulier s’agissant des journaux télévisés), opposée aux genres nobles qu’incarnent, dans les représentations professionnelles, le « grand reportage », « l’investigation », ou encore le documentaire (Gatien, 2012), dont la légitimité puise notamment dans des temps d’enquête et de productions prolongés. Le renouveau actuel d’un journalisme d’enquête ou d’analyse en ligne, qui marque une distance plus ou moins grande avec le rythme de l’actualité pour produire ses propres informations, se donne par exemple à voir dans les cas de Médiapart ou Les Jours, ou dans l’explosion de l’offre documentaire sur les chaînes traditionnelles ou sur les plateformes de VOD. Il faudra se demander quelles sont les dispositions, les parcours et les conditions qui favorisent l’inscription des journalistes dans ces luttes de définition du modèle d’excellence. Dans quelle mesure l’emprise croissante de ce journalisme « en continu » vient-elle accentuer les expériences de « misères de position » (Accardo, 2007), vécues par les journalistes dont les aspirations professionnelles s’avèrent incompatibles avec cette modalité d’exercice du métier ?

Axe 4. Les effets sur la fabrique de l’événement

On se demandera, enfin, comment ce modèle d’excellence façonne l’information ainsi produite. Il ne s’agit pas seulement ici de proposer une analyse article par article de la production, mais d’interroger de façon plus structurelle la définition de l’actualité. Dans quelle mesure la diffusion ininterrompue par un spectre élargi de médias d’information vient modifier les formes d’influence que ces derniers sont susceptibles d’exercer les uns sur les autres, et ébranle les positions de prescripteurs et les magistères sur la définition de « l’actualité » exercé par certains, tels que le journal Le Monde ou son pendant populaire Le Parisien, ou encore les « grand- messes » des « JT de 20 heures » ? Comment les stratégies et les pratiques des porte-paroles cherchant à peser sur l’agenda journalistique ont-elles évolué dans cette nouvelle configuration de production de l’information ? On s’interrogera ainsi sur de nouveaux processus de consécration de l’information, via des jeux de reprises et de nouvelles modalités de la « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996). Pour le dire autrement, il s’agit de questionner comment la norme de l’information en continu pèse sur la définition de l’agenda journalistique (McCombs & Shaw, 1972) et des cadrages dominants (Entman, 1993). On peut notamment se demander si, de façon paradoxale, le traitement en continu de l’information n’a pas contribué à un retour en force du journalisme d’opinion du fait de l’omniprésence des éditorialistes et commentateurs en plateau.

Consignes

6 mai : remise des propositions de communication de 5000 signes maximum par mail à pauline.amiel@univ-amu.fr et jeremie.nollet@sciencespo-toulouse.fr
1er juillet : notification des résultats de l’appel à communication
1er novembre : rendu des articles de 50 000 signes maximum pour les Journées d’étude 
12 et 13 décembre : Journées d’étude à l’EJCAM, 21 rue Virgile Marron, 13005 Marseille

Comité d’organisation

Pauline Amiel – IMSIC, université d’Aix-Marseille
Olivier Baisnée – LaSSP, Sciences Po Toulouse
Loïc Ballarini – Arènes, université de Rennes
Jérôme Berthaut – CIMEOS, université de Bourgogne
Cyriac Gousset – LaSSP, Sciences Po Toulouse
Nicolas Hubé – Crem, université de Lorraine.
Jérémie Nollet – LaSSP, Sciences Po Toulouse

version PDF de l’appel

Appel à communications / colloque “L’emprise de la communication” pour les 10 ans de la revue Politiques de communication – 15-16 décembre 2022 – Sciences Po Toulouse

APPEL À COMMUNICATIONS / COLLOQUE “L’EMPRISE DE LA COMMUNICATION” POUR LES 10 ANS DE LA REVUE POLITIQUES DE COMMUNICATION – 15-16 DÉCEMBRE 2022 – SCIENCES PO TOULOUSE

Pour ses dix ans d’existence, la revue Politiques de communication organise un colloque international dont l’ambition est de proposer une réflexion d’ensemble sur « l’emprise de la communication » dans la structuration des espaces sociaux contemporains. Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communication de ce colloque. Une version en langue anglaise est en cours de préparation. 

L’ambition de ce colloque est de regrouper et de faire dialoguer des études empiriques visant à mesurer les formes et la force de cette emprise de la communication dans divers champs sociaux : la politique ou les activités économiques, bien sûr, mais aussi la culture, le journalisme, l’enseignement et la recherche, le sport, la mode, le droit, la religion, l’alimentation, l’habillement et jusqu’aux manières d’être et de vivre en société. 

Les chercheuses et chercheurs des différentes disciplines des sciences sociales. sont invité.e.s à participer à cette entreprise critique collective. Les propositions attendues devront, d’une part, présenter une construction de l’objet explicite autour de cette « emprise de la communication », et d’autre part, mobiliser et s’adosser à des données empiriques rigoureusement construites afin d’éviter le risque de la dénonciation spéculative.

Le colloque aura lieu les 15 et 16 décembre 2022 à Sciences Po Toulouse.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 15 juin 2022 à l’adresse suivante : colloque.emprise.communication@gmail.com

Courtes (environ 3000 signes), elles devront présenter leur objet d’étude, le cadre théorique, la problématique et les éléments empiriques. Elles seront attentives à expliciter la dimension critique de la démarche et indiquer ce qu’elles souhaitent montrer/démontrer. Les auteur.e.s dont les propositions seront retenues participeront au colloque et, en parallèle, remettront une version écrite de leur communication qui fera l’objet d’une expertise en vue de sa publication dans le numéro anniversaire de la revue. Les propositions seront sélectionnées par le comité de rédaction de la revue Politiques de communication.

Le comité se prononcera le 15 juillet 2022. En vue de la publication d’un numéro spécial anniversaire, les communications devront être rédigées dans un format correspondant à ceux de la revue et envoyées à l’équipe organisatrice du colloque pour le 15 novembre 2022.

L’appel à communication complet est disponible en version PDF ici.

Conseil scientifique

Anne-Claude AMBROISE-RENDU | Olivier BAISNEE | Christine BARATS | Clémentine BERJAUD | Loïc BLONDIAUX | Julien BOYADJIAN | Isabelle CHARPENTIER | Ivan CHUPIN | Clément DESRUMAUX | Benjamin FERRON | Charles GADEA | Jean-Paul GÉHIN | Nicolas HUBE | Christian LE BART | Jean-Baptiste LEGAVRE | Brigitte LE GRIGNOU | Pierre LEROUX | Sandrine LEVEQUE | Erik NEVEU | Jérémie NOLLET | Caroline OLLIVIER-YANIV | Aurélie OLIVESI | Stéphane OLIVESI | Rémy RIEFFEL | Julie SEDEL | Jean-Claude SOULAGES | Anaïs THEVIOT

Comité d’organisation

Olivier BAISNEE
Benjamin FERRON
Sandrine LEVEQUE
Jérémie NOLLET

Une profession “en crise”? Luttes pour l’autonomie professionnelle aux frontières du champ journalistique

Journées d’étude du RT37 “Sociologie des médias” (Paris, 8 avril 2021)

L’objectif de ces journées d’étude du réseau thématique « Sociologie des médias » (RT37) de l’Association Française de Sociologie est de revenir sur les dynamiques contemporaines du champ journalistique en prenant pour objet les pratiques, les logiques de structuration, les identités vécues ou assignées, ou encore les propriétés et dispositions sociales des « nouveaux entrants » – ou supposés tels – du champ de la production de l’information.

Un accent particulier sera mis sur l’étude des relations entretenues ou revendiquées avec les pôles dominants du champ professionnel : comment les représentants de « l’élite » du journalisme et de l’entreprenariat de presse accueillent-ils ces agents qui pour certains pratiquent le journalisme sans nécessairement être reconnus comme journalistes ? Quelles sont les conditions d’acceptabilité ou de rejet de leurs stratégies – d’empiètement, d’annexion, de subversion ? Voit-on l’apparition de « garde-frontières » et de réflexes corporatistes de rejet ? Quelles sont les différentes pratiques d’imitation ou d’emprunts à l’identité journalistique ? Quelles pratiques, codes ou discours – issus d’espaces professionnels différents – les nouveaux entrants apportent-ils dans la sphère journalistique traditionnelle ? Cela remet-il en cause les règles du jeu et les frontières de ce champ professionnel ? En d’autres termes, comment se configurent les rapports de domination, de compétition et de coopération à l’aune de l’intégration/rejet de nouveaux agents ?

Calendrier

  • Date limite de proposition de communication : 15 décembre 2020.
  • Notification d’acceptation : 15 janvier 2020
  • Envoi des contributions : 1er mars 2020
  • Journée d’étude : 8 avril 2020 (en ligne).

Format

Les propositions attendues, de 5000 signes max (bibliographie comprises) devront présenter clairement la problématique, les données empiriques mobilisées et l’axe des journées d’étude dans lesquels elles s’insèrent. Elles seront évaluées à l’aveugle par les membres du comité scientifique. Elles sont à envoyer avant le 15/12/2020 à l’adresse suivante : frontieresjournalisme@gmail.com

Pour les propositions sélectionnées, un texte de 40.000 signes (hors bibliographie) devra être envoyée trois semaines avant les journées d’étude.

Télécharger l’appel à communication complet

Télécharger le programme complet de la journée d’étude

 

Il s’agira aussi, plus largement, d’étudier ce que ces phénomènes font au journalisme comme profession : l’entrée de ces profanes redéfinit-elle les indicateurs qui déterminent classiquement l’appartenance au journalisme comme groupe professionnel, à l’instar de la carte de presse ? Le « flou » ne constitue en rien un dysfonctionnement, mais bien un marqueur constitutif de ce groupe professionnel (Ruellan, 1993). Finalement, c’est donc une réflexion sur ce lien entre « flou de la profession » et ces « nouveaux entrants » qu’il s’agit de développer : ces acteurs sont-ils véritablement « nouveaux » ? Trouve-t-on dans l’histoire du journalisme des exemples similaires d’acteurs « hérétiques » qui viennent interroger ou bouleverser les frontières de la profession ? Ceux qui hier étaient considérés comme des « nouveaux entrants » sont-ils devenus des joueurs intégrés au champ ? Et enfin, quels effets cela a-t-il sur les logiques de légitimation professionnelle ?

Trois questions, relatives aux trois axes proposés par cette appel à communication, pourront guider la soumission de propositions de communication. Quelles sont les conditions sociales de production et de légitimation de ces discours de « crise » (Axe 1) ? Quelles sont les logiques de régulations du champ à l’œuvre à l’égard de ces nouveaux entrants (Axe 2) ? Comment ces transformations des croyances et représentations collectives de la crise font-elles évoluer les pratiques professionnelles (Axe 3) ?

Comité scientifique

  • Benjamin Ferron, Université Paris-Est, CEDITEC
  • Jérome Berthaut, Université de Bourgogne, CIMEOS
  • Julie Sedel, Université de Strasbourg, SAGE
  • Karim Souanef, Université de Lille, CERAPS
  • Eric Darras, Sciences Po Toulouse, LaSSP
  • Magali Nonjon, Sciences Po Aix, CHERPA
  • Nicolas Hubé, Université de Lorraine, CREM.
  • Clémentine Berjaud, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP.
  • Erik Neveu, IEP de Rennes, Arènes
  • Dominique Marchetti, EHESS, CESSP
  • Christian Delporte, Université Versailles Saint-Quentin, IECI

Comité d’organisation

  • Safia Dahani, Sciences Po Toulouse, LaSSP.
  • Keyvan Ghorbanzadeh, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP.
  • Simon Mangon, Sciences Po Aix, CHERPA.
  • Ysé Vauchez, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP.

Médias et violence sociale / Media & Social Violence

Journée d’étude RT37 “Sociologie des médias”/Lassp (Toulouse, 20 novembre 2019 

Cette journée d’étude se propose de profiter de la venue de Silvio Waisbord (Université George Washington, Editor-in-chief du Journal of Communication) en tant que professeur invité à Sciences Po Toulouse pour explorer une des thématiques qu’il a récemment étudié (notamment dans : News of Baltimore: Race, Rage and the City, Routledge, 2017) en rassemblant la communauté des chercheurs toulousains et français sur le journalisme et les médias et/ou travaillant des objets pertinents pour la problématique (travaux sur l’urbain, l’action collective, la construction des problèmes publics, etc.).

Il s’agit ainsi de visibiliser les travaux sur le journalisme et les médias au sein de ce champ de recherche tant au niveau national qu’international. L’ambition est en effet de mieux faire connaître les derniers travaux français au sein de la communauté de recherche internationale en engageant un dialogue fructueux avec l’un de ses acteurs majeurs.

Télécharger le programme de la journée d’étude

Cette journée d’étude répond à deux objectifs principaux. Il s’agit tout d’abord d’avancer scientifiquement dans une meilleure connaissance de la contribution des médias à l’émergence et à la mise en forme et en publicité de problématiques (et des mouvements qui leurs sont liés) ayant trait aux divers phénomènes de violence sociale. Promouvoir une réflexion en termes de violence sociale permet de ne pas en rester aux réalités les plus visibles et les plus stigmatisées (violences urbaines, faits-divers) qui concernent les franges les plus dominées de l’espace social mais d’analyser de front d’autres modalités, longtemps (et parfois toujours) invisibilisées ou euphémisées, de violence sociale émanant d’autres groupes sociaux souvent plus dominants (violence de classe, de genre, raciale, des rapports au travail, etc.). En envisageant de manière globale ces phénomènes, on s’autorise à ne pas en rester aux différences faciales et à mieux comprendre les logiques générales de leur médiatisation (ou de leur non-médiatisation).

Il s’agit ensuite de contribuer à la visibilité de la recherche française sur ces questions à l’échelle internationale en profitant de la présence d’un de ceux qui fait office de « passeur » international des problématiques et des travaux dans l’espace scientifique mondial (Silvio Waisbord publie tant en anglais qu’en espagnol, est et a été à la tête de revues centrales : International journal of Press/Politics, puis du Journal of Communication). Pour ce faire les présentations se dérouleront en anglais.

Quelle autonomie (de la sociologie) du champ journalistique aujourd’hui ?

 

Journée d’étude du RT37 “Sociologie des médias” de l’Association Française de Sociologie (Paris, 6-7 juin 2017)

Ces journées de travail souhaitent faire le point sur le journalisme en tant qu’espace relativement autonome, structuré et structurant. Deux constats les motivent.

Tout d’abord le sentiment, fort, que la sociologie a, depuis quelques années, délaissé l’objet « journalisme » alors même que ce champ professionnel continue à jouer un rôle central dans les catégorisations du monde social et la perpétuation des inégalités qui le traverse. Dynamique dans les années 1990-2000, la sociologie du journalisme est aujourd’hui en perte de vitesse. Il nous paraît donc important de mobiliser à nouveau les sociologues sur l’étude du journalisme, voire des « médias » aussi problématique puisse être la définition ce terme.

A défaut, et c’est un second constat, ces objets sont abandonnés à des travaux sur les contenus médiatiques qui, dans une forme d’enfermement sur leurs propriétés internes (Champagne, 1989 ; Neveu, 2010), ignorent les structures, les agents qui les font tenir, les relations d’interdépendances entre l’espace de production et les autres champs (politique, économique, littéraire, sportif, scientifique…) ou la manière dont ces rapports déterminent ce qui est dit ou écrit par les journalistes (Benson, 2004). Ces analyses contribuent ainsi à alimenter un sens commun savant sur les mutations des médias « à l’ère numérique ».

C’est donc enfin pour évaluer sociologiquement les éventuelles recompositions du journalisme qu’il nous a semblé utile de se demander : Où en est le champ journalistique ? Où en sont les recherches sur le champ journalistique ? Dans le cadre des réflexions du Réseau Thématique 37 « Sociologie des médias » de l’Association française de sociologie (AFS), nous souhaitons rappeler la nécessité de nous positionner dans une sociologie générale, ce qui implique, par exemple, de penser le journalisme comme un espace historiquement et socialement situé pour saisir comment il travaille et est travaillé par les hiérarchies matérielles et symboliques entre les groupes sociaux.

Le programme des sessions s’inspire de celui esquissé par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1994) et ses contemporains (Champagne, 1991 ; ARSS, 1994, 2000).

La première session explore l’emprise réciproque entre les univers journalistique et politique. Rappelant les fondements de cette dépendance et ses évolutions, cette session interroge également, à partir de l’analyse de trajectoires sociales d’agents en politique, le poids des ressources médiatiques dans le jeu politique et, par ce biais, la place du journalisme dans les transformations du champ politique. Le concept de « capital médiatique[1] » et son articulation avec celui de champ, seront questionnés.a première journée porte sur « la double dépendance » (Champagne, 2016), à savoir sur les relations entre le journalisme et les champs politique et économique.

La deuxième session envisage les formes de l’emprise du marché sur le journalisme et en particulier les agents sociaux qui l’exercent, à commencer par les dirigeants de presse d’information politique et générale. En plus de se porter sur le marché de l’information, le regard se pose sur la formation au métier et la manière dont les investissements patronaux l’infléchissent. En prenant comme exemple les nominations dans l’audiovisuel extérieur, cette session montre également la voie pour éviter l’économicisme en envisageant la télévision non pas comme un espace uniquement structuré par le capital économique, mais comme un lieu également réglé par des logiques hautement politiques incarnées par les trajectoires des agents occupant des positions de pouvoir dans l’audiovisuel public.

La troisième session examine la morphologie de l’espace des journalistes en étudiant principalement leurs trajectoires sociales, leurs formations et leurs parcours professionnels. Les contributions reviennent sur la genèse du champ journalistique, l’état actuel de ses frontières incertaines et cherchent à caractériser ses principes de division interne. Que nous disent les données disponibles sur les professionnels de l’information et leurs carrières, de l’autonomie du champ journalistique ? Une attention est également portée aux coordonnées sociales, aux orientations politiques ainsi qu’aux styles de vie des journalistes. Il s’agit ainsi de discuter de la place du journalisme dans les rapports de pouvoir entre les classes sociales.a deuxième journée interroge la structuration interne du journalisme et la contestation (relative) des règles en vigueur dans cet espace.

La quatrième session explore les mécanismes sociaux qui sous-tendent les entreprises de contestation de la légitimité journalistique. Dans quelle mesure une sociologie du champ journalistique permet-elle de rendre compte des stratégies des agents qui en contestent les logiques dominantes de consécration ? Ces individus et groupes ont-ils des propriétés sociales, notamment en termes de capital économique, social et culturel, qui les prédisposent à s’engager dans des luttes pour la transformation des rapports de forces qui prévalent dans le champ journalistique ? Lesquels ont les moyens de convertir des ressources externes pour peser davantage dans les luttes internes ? Lesquels privilégient la construction d’espaces de contestation relativement protégés de la domination symbolique exercée par les agents mieux dotés en capitaux ?

Au-delà, il s’agira donc de s’interroger sur les conditions de possibilité d’enquêtes (sur le journalisme, l’édition, le divertissement, le cinéma,…) outillant, et outillées par, le concept de champ. Quels programmes de recherche et mutualisations possibles dans un contexte contraignant de course (forcée) à la publication et d’injonction à une interdisciplinarité propice à la diffusion d’analyses sur les médias dont les opérations de rupture avec le sens commun, à la base du métier de sociologue, sont parfois inabouties, voire même impensées ?’autres questionnements plus généraux serviront de fil conducteur aux échanges : Est-il encore pertinent de parler de champ journalistique alors que ses recompositions récentes suggéreraient sa dilution (Champagne, 2016) ? N’est-il pas plus heuristique d’appréhender le journalisme à partir d’une sociologie des champs de production culturelle de grande diffusion (Marchetti, 2012) restituant davantage l’allongement des chaînes d’interdépendances et les circulations entre les espaces (journalisme, animation, production…) ? Est-il envisageable de parler de « champ médiatique », unité d’analyse souvent utilisée dans le langage sociologique sans pour autant être discutée en profondeur ? Comment éviter le risque de la multiplication des champs, à l’image de la tendance des sciences sociales à « accumuler les capitaux » (Neveu, 2013) ?

Télécharger le compte-rendu complet de la journée d’étude