Archives de catégorie : Evénements scientifiques

Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2021-22 du RT – 37 “Sociologie des médias”de l’AFS

Cette année, le RT37 Sociologie des médias de l’Association française de Sociologie met en place un séminaire qui porte sur les actualités de la sociologie des médias.

Comité d’organisation :
M. Berger , Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP
C. Castellvi, Université Paris Cité/CRCAO
S. Dahani, IEP de Toulouse/LaSSP
P. Mayance, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP

Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com

Programme

Le séminaire peut être suivi à distance, via Zoom.

Toutes les séances se tiennent a priori au site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 17h à l’exception de la séance 3 qui sera organisée à l’ULIP.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

5 avril 2022 – Séance 1 : A la croisée des champs journalistiques Allemagne / Japon

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 159 de 14h00 à 17h00

Invité : César Castellvi et Nicolas Hubé, discussion croisée des auteurs de leurs ouvrages :

Castellvi, César, Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon, Paris, CNRS Éditions, 2022

Résumé : À l’heure où la transition numérique paraît achevée dans les pays occidentaux (baisse des tirages, digitalisation, concurrence des médias gratuits en ligne), la presse japonaise affiche une santé à faire pâlir ses homologues de jalousie. Les quotidiens au plus fort tirage dans le monde, le Yomiuri Shinbun (autour de 8 millions d’exemplaires par jour) et l’Asahi Shinbun (6 millions), sont tous deux édités dans l’archipel. Longtemps perçu comme le pays de la modernité électronique et informatique, le Japon paraît présenter dans ce domaine une capacité de résistance inattendue aux nouvelles technologies.

À cette singularité s’en ajoute une autre : on n’y trouve ni école de journalisme, ni association ou syndicat représentatif de la profession. Autrement dit, la résilience de la presse se double d’une sous-institutionnalisation du métier de journaliste.

Pour éclairer ce paradoxe, César Castellvi s’est immergé pendant plusieurs années dans la rédaction d’un des plus grands journaux du pays. Il s’attache à mettre en lumière le fonctionnement d’un modèle singulier et néanmoins typique de l’organisation du travail au sein du capitalisme nippon du XXe siècle. Un modèle aujourd’hui bousculé par une crise des vocations, une nette féminisation du métier et la fin de l’anonymat des journalistes, sur fond d’érosion des tirages. Le dernier empire de la presse serait-il, à son tour, en train de s’éteindre ?

César Castellvi, Université Paris Cité, CRCAO (UMR 8155, CNRS)

Hubé Nicolas, La politique des chemins courts. Un siècle de relations entre journalistes et communicants gouvernementaux en Allemagne (1918-2018), Vulaines-Sur-Seine, Éd. du Croquant, (à paraître)

Résumé : La « politiques des chemins courts ». C’est par ces mots que le Président de l’Association des journalistes parlementaires (la Bundespressekonferenz) désigne en 1978 la nature des échanges entre les journalistes et le personnel politique dans la Capitale fédérale. Cette métaphore donne sens à la naturalisation de la lente construction institutionnelle reconnue par les différents acteurs de l’espace politique fédéral (journalistes, responsables politiques, porte-parole, hauts-fonctionnaires). Le tour de force symbolique de la Bundespressekonferenz en 1949 est d’avoir su construire un monopole corporatiste de gestion des relations presse-politique en regard d’un appareil d’Etat du porte-parolat gouvernemental. La proposition suivie dans cet ouvrage est de la mise en visibilité médiatique du politique, à la croisée entre sociologie compréhensive du travail journalistique et sociologie politique du pouvoir fédéral allemand, que nous observons dans le temps long depuis 1918.

Nicolas Hubé, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations (CREM), chercheur associé au CESSP (UMR 8209, CNRS)

4 mai 2022 – Séance 2 : Les dirigeants des médias

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311 de 14h00 à 16h00

Invitée : Julie Sedel, Université de Strasbourg/SAGE

Discutant : Ivan Chupin, Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Sedel Julie, Dirigeants de médias. Sociologie d’un groupe patronal, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021

Ouvrage en “accès ouvert” (consultable en ligne, sans téléchargement) sur la plateforme OpenEdition Books. Lien

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 146800-172x245-1.jpg.

Résumé : Qu’est-ce qu’un dirigeant de médias ? Comment sont définies les frontières du groupe ? Alors que la sociologie française a produit une littérature féconde sur les élites économiques, politiques, étatiques, intellectuelles et artistiques, le patronat de presse est resté à l’écart des terrains d’enquête. Cette situation tranche avec l’abondante littérature anglo-saxonne sur le personnel de direction des médias d’information. Résultat : dans les discours journalistiques et militants, le registre de l’autocélébration médiatique et son pendant symétrique, la dénonciation, alimentent le mythe du dirigeant de média tout puissant. L’objectif de cet ouvrage est de rompre avec ce sens commun en prenant pour objet d’analyse ce groupe professionnel. Il entend dépasser la personnification et l’anecdote pour dégager des logiques internes et externes, éclairer les différentes facettes de cette population, mettre en évidence les rouages de leur sélection. Comment se fabrique un dirigeant de média national, en France ? Au terme de quel processus ? Quels sont les ressources et les capitaux qui sont valorisés ? Quels rapports de force entre segments de l’élite révèlent-ils ?

31 mai 2022 – Séance 3 : Médiatisation et climat

Exceptionnel : Séance à l’ULIP (University of London Institute in Paris), 11 Rue de Constantine, 75007 Paris, en présentiel uniquement.

Invitée : Melissa Aronczyk, Associate Professor of Media Studies in the School of Communication & Information at Rutgers University, pour Aronczyk Melissa and Espinoza Maria I, A strategic nature: public relations and the politics of American environmentalism, New York, Oxford University Press, 2022

Discutant : Pierre Mayance, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP

Lien d’inscription : https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organisateur : Institut de l’Université de Londres à Paris
Adresse : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Dates de l’événement : 31 mai 2022 , 18h30 – 20h00 CEST

Mélissa Aronczyk présentera son dernier livre coécrit avec Maria I. Espinoza et intitulé A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

Dans leur livre, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza examinent les relations publiques comme une force sociale et politique qui façonne à la fois notre compréhension des crises environnementales auxquelles nous sommes confrontés et nos réponses à ces crises. S’appuyant sur des entretiens approfondis, des observations ethnographiques et des analyses d’archives, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza documentent l’évolution des techniques de relations publiques visant à contrôler la perception de l’environnement par le public depuis le début du vingtième siècle. Plus que la manipulation ou la désinformation, les relations publiques influencent la façon dont les institutions et les individus conceptualisent les problèmes environnementaux – de la conservation à l’exploitation du charbon en passant par les crédits carbone. Révélant les liens entre les stratèges professionnels, les politiques d’information et les normes environnementales, A Strategic Nature montre comment les relations publiques limitent les voies alternatives vers un avenir climatique durable.

La présentation du livre sera faite en anglais et suivie d’une discussion avec le public (en anglais et en français).

Vous pouvez acheter le livre sur le site de Oxford University Press

13 juin 2022 – Séance 4 : Le capital médiatique en débat 

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 319 de 14h00 à 16h00

Invités : Clément Desrumaux, Université de Lyon II/Triangle et Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/LaSSP

Discutant : Géraud Lafarge, Université Rennes 1 – IUT de Lannion, CENS

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Pour les personnes qui souhaitent y assister en présentiel, merci de nous contacter à l’avance à l’adresse : rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com 

Clément Desrumaux, Jérémie Nollet, (dir.), Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique, Rennes, 2021

Ouvrage en “accès ouvert” (consultable en ligne, sans téléchargement) sur la plateforme OpenEdition Books. Lien

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 144547-172x245-1.jpg.

Résumé : Peut-on réussir en politique grâce aux « médias » ? C’est souvent de cette manière que les professionnels de la politique, les journalistes ou les citoyens appréhendent l’usage politique des médias. Cette formulation fait pourtant obstacle à l’explication des processus sociaux à l’œuvre dans la médiatisation de la politique. Afin de montrer comment la médiatisation peut être agissante en politique, cet ouvrage met à l’épreuve le concept de « capital médiatique », une forme de capital symbolique tiré de la médiatisation. Les contributions examinent les opérations d’accumulation, d’appropriation, de légitimation, de conversion ou de rentabilisation de ce capital, à partir d’études de cas (Louise Michel, José Bové, Emmanuel Macron ou les parlementaires).

L’ouvrage n’est pas seulement une étude de la médiatisation du politique : c’est aussi une contribution à la sociologie du champ politique et des ressources qui y prévalent. Il analyse le travail des agents politiques en lien avec tout ou partie du champ journalistique, et plus largement dans un espace médiatique profondément transformé par le numérique. Il conclut à l’inégale rentabilité du capital médiatique selon la position dans le champ politique.

Les réflexions engagées invitent à réfléchir, par analogie, à d’autres espaces pour lesquels la reconnaissance médiatique est un enjeu stratégique et semble être une ressource valorisée.

23 juin 2022 – Séance 5 : Genre et journalisme 

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h00 à 16h00 , salle 124

Invitées : B. Damian-Gaillard, IUT de Lannion/ARENES, S. Montañola, Université de Rennes 1/ARENES et E. Saitta, IUT de Rennes/ARENES

Discutantes : Evelia Mayenga, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP et Claire Ruffio, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Pour les personnes qui souhaitent y assister en présentiel, merci de nous contacter à l’avance à l’adresse : rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com 

B. Damian-Gaillard, S. Montañola, E. Saitta, Genre et journalisme : des salles de rédaction aux discours médiatiques, Louvain-La-Neuve, Deboek, 2021.

Résumé : La première synthèse en français sur la question du genre dans le milieu des médias, qui analyse les inégalités et les discriminations à l’œuvre dans le secteur. Une lutte devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse.

Depuis le début des années 2000, les débats sur l’égalité professionnelle et la place des femmes dans les médias se multiplient, notamment au moment du mouvement #metoo et des révélations de harcèlement et de violences sexuelles.

Alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses dans la profession, les inégalités se manifestent
– dans la distribution des fonctions et la définition des postes de travail ;
– dans les discussions et les activités hors-temps de travail ;
– dans les représentations médiatiques.

Face à ces discriminations, des journalistes femmes s’organisent individuellement ou collectivement. Cette lutte est devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse, les premiers légiférant, les secondes développant des politiques de « diversité ». Ce manuel analyse les mécanismes de discriminations à l’œuvre dans le journalisme et fait la synthèse des travaux récents.

Vous pouvez acheter le livre sur le site DeBoeck Supérieur

[Activités du RT – Conférence] A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (31 mai 2022, 18h30-20h)

Lien d’inscription : https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organisateur : Institut de l’Université de Londres à Paris
Adresse : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Dates de l’événement : 31 mai 2022 , 18h30 – 20h00 CEST

En partenariat avec l’Association Française de Sociologie (RT 37 : Sociologie des Médias), nous avons le plaisir d’accueillir Melissa Aronczyk, professeur associé d’études des médias à l’Université Rutgers.

Mélissa Aronczyk présentera son dernier livre coécrit avec Maria I. Espinoza et intitulé A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

Dans leur livre, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza examinent les relations publiques comme une force sociale et politique qui façonne à la fois notre compréhension des crises environnementales auxquelles nous sommes confrontés et nos réponses à ces crises. S’appuyant sur des entretiens approfondis, des observations ethnographiques et des analyses d’archives, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza documentent l’évolution des techniques de relations publiques visant à contrôler la perception de l’environnement par le public depuis le début du vingtième siècle. Plus que la manipulation ou la désinformation, les relations publiques influencent la façon dont les institutions et les individus conceptualisent les problèmes environnementaux – de la conservation à l’exploitation du charbon en passant par les crédits carbone. Révélant les liens entre les stratèges professionnels, les politiques d’information et les normes environnementales, A Strategic Nature montre comment les relations publiques limitent les voies alternatives vers un avenir climatique durable.

La présentation du livre sera faite en anglais et suivie d’une discussion avec le public (en anglais et en français).

Vous pouvez acheter le livre sur le site de Oxford University Press

English

Registration URL https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organiser : University of London Institute in Paris
Address : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Event dates : 31 May 2022 , 6:30pm – 8:00pm CEST

In partnership with the Association Française de Sociologie (RT 37: Sociologie des Médias) we are delighted to welcome Melissa Aronczyk, Associate Professor of Media Studies at Rutgers University.

Professor Aronczyk will present her latest co-authored book with Maria I. Espinoza entitled A Strategic Nature: Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

In A Strategic Nature , Melissa Aronczyk and Maria I. Espinoza examine public relations as a social and political force that shapes both our understanding of the environmental crises we now face and our responses to them. Drawing on in-depth interviews, ethnography, and archival research, Aronczyk and Espinoza document the evolution of PR techniques to control public perception of the environment since the beginning of the twentieth century. More than spin or misinformation, PR affects how institutions and individuals conceptualise environmental problems — from conservation to coal mining to carbon credits. Revealing the linkages of professional strategists, information politics, and environmental standards, A Strategic Nature shows how public relations restricts alternative paths to a sustainable climate future.

Please note that the book presentation will be delivered in English and followed by a discussion with the audience (in English and French).

You can purchase the book on the Oxford University Press website

Conférence / “Navigating political polarization in news production. The case of Italy” (Sciences po Toulouse, 1er avril 2022, 14h-16h)

Navigating political polarization in news production. The case of Italy

Sergio Splendore (Università degli Studi di Milano), professeur invité à Sciences Po Toulouse

Vendredi 1er Avril (14h-16h)

Sciences Po Toulouse (salle MB306) 

La présentation fera l’objet d’une retransmission vidéo (lien sur simple demande : olivier.baisnee[at]sciencespo-toulouse.fr) 

Résumé

This study looks at political polarization from the perspective of journalists, counterbalancing the tendency to investigate the phenomenon only from the elite and mass polarization perspectives. By asking: how do journalists conceive and perceive political polarization in their media environment? And how do they navigate it in their daily work?, the article provides empirical data, collected interviewing 40 Italian political journalists that work in leading news media, shedding light on what main factors shape their perception of political polarization, as well as which strategies they adopt to deal with it. The Italian journalistic context represents a particularly relevant case study for its level of partisanship. Among conceptions that Italian journalists reveal about polarization, what we could define as “media polarization” is discussed. Moreover, the research identifies five main strategies adopted by Italian journalists in their confrontation with a polarized environment: mitigating, aligning, nurturing, creating, and ignoring polarization. By employing qualitative methods of research  and focusing on journalists as the subject of research, the article suggests new perspectives through which analyze, conceive and study the topic of political polarization. 

Appel à communications / colloque “L’emprise de la communication” pour les 10 ans de la revue Politiques de communication – 15-16 décembre 2022 – Sciences Po Toulouse

APPEL À COMMUNICATIONS / COLLOQUE “L’EMPRISE DE LA COMMUNICATION” POUR LES 10 ANS DE LA REVUE POLITIQUES DE COMMUNICATION – 15-16 DÉCEMBRE 2022 – SCIENCES PO TOULOUSE

Pour ses dix ans d’existence, la revue Politiques de communication organise un colloque international dont l’ambition est de proposer une réflexion d’ensemble sur « l’emprise de la communication » dans la structuration des espaces sociaux contemporains. Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communication de ce colloque. Une version en langue anglaise est en cours de préparation. 

L’ambition de ce colloque est de regrouper et de faire dialoguer des études empiriques visant à mesurer les formes et la force de cette emprise de la communication dans divers champs sociaux : la politique ou les activités économiques, bien sûr, mais aussi la culture, le journalisme, l’enseignement et la recherche, le sport, la mode, le droit, la religion, l’alimentation, l’habillement et jusqu’aux manières d’être et de vivre en société. 

Les chercheuses et chercheurs des différentes disciplines des sciences sociales. sont invité.e.s à participer à cette entreprise critique collective. Les propositions attendues devront, d’une part, présenter une construction de l’objet explicite autour de cette « emprise de la communication », et d’autre part, mobiliser et s’adosser à des données empiriques rigoureusement construites afin d’éviter le risque de la dénonciation spéculative.

Le colloque aura lieu les 15 et 16 décembre 2022 à Sciences Po Toulouse.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 15 juin 2022 à l’adresse suivante : colloque.emprise.communication@gmail.com

Courtes (environ 3000 signes), elles devront présenter leur objet d’étude, le cadre théorique, la problématique et les éléments empiriques. Elles seront attentives à expliciter la dimension critique de la démarche et indiquer ce qu’elles souhaitent montrer/démontrer. Les auteur.e.s dont les propositions seront retenues participeront au colloque et, en parallèle, remettront une version écrite de leur communication qui fera l’objet d’une expertise en vue de sa publication dans le numéro anniversaire de la revue. Les propositions seront sélectionnées par le comité de rédaction de la revue Politiques de communication.

Le comité se prononcera le 15 juillet 2022. En vue de la publication d’un numéro spécial anniversaire, les communications devront être rédigées dans un format correspondant à ceux de la revue et envoyées à l’équipe organisatrice du colloque pour le 15 novembre 2022.

L’appel à communication complet est disponible en version PDF ici.

Conseil scientifique

Anne-Claude AMBROISE-RENDU | Olivier BAISNEE | Christine BARATS | Clémentine BERJAUD | Loïc BLONDIAUX | Julien BOYADJIAN | Isabelle CHARPENTIER | Ivan CHUPIN | Clément DESRUMAUX | Benjamin FERRON | Charles GADEA | Jean-Paul GÉHIN | Nicolas HUBE | Christian LE BART | Jean-Baptiste LEGAVRE | Brigitte LE GRIGNOU | Pierre LEROUX | Sandrine LEVEQUE | Erik NEVEU | Jérémie NOLLET | Caroline OLLIVIER-YANIV | Aurélie OLIVESI | Stéphane OLIVESI | Rémy RIEFFEL | Julie SEDEL | Jean-Claude SOULAGES | Anaïs THEVIOT

Comité d’organisation

Olivier BAISNEE
Benjamin FERRON
Sandrine LEVEQUE
Jérémie NOLLET

Les « médias », agents conservateurs de l’ordre social ?

Programme des sessions du RT37 au IXe Congrès de l’AFS (Lille, 6-9 juillet 2021)

Dans le cadre du IXe Congrès de l’AFS qui porte sur le thème « Changer ? », le réseau thématique « Sociologie des médias » (RT37) propose un programme de sessions qui interroge le rôle des médias dans la transformation et la conservation de l’ordre social.

Dessin : Matthieu Colloghan

Le programme regroupe six sessions, chacune animée par un.e discutant.e. L’une des sessions est croisée avec le RT50 “Socialisations”.

17 communications scientifiques préparées par 24 auteur.e.s sont présentées. En raison de la situation sanitaire, l’ensemble des échanges est dématérialisé.

Télécharger le programme complet en format PDF

Session 1. Critiques de l’ordre médiatique et légitimation politique | Mardi 6 juillet 2021 | 10h30-12h30. Discutant : Samuel Bouron

Session 2. Médias, socialisation et formation des dispositions individuelles | Mercredi 7 juillet 2021 | 9h-10h30 (session croisée avec le RT50). Discutant : David Pichonnaz

Session 3. Formation et variations des représentations du métier de journaliste | Mercredi 7 juillet 2021 | 11h-13h. Discutant : Géraud Lafarge

Session 4.  Les médias, agents de conversion et de conservation idéologique | Jeudi 8 juillet 2021 | 9h-10h30. Discutant : Philippe Riutort

Session 5. La conservation/transformation de l’ordre social par la production des biens symboliques  | Vendredi 9 juillet 2021 | 14h-16h. Discutante : Julie Sedel

Session 6. Analyser le changement de l’idéologie dominante sur le temps long | Vendredi 9 juillet 2021 | 16h30-18hDiscutant :  Julien Duval

 

 

 

Les “médias”, agents conservateurs du monde social ?

 

Appel à communication pour les sessions du RT37 au IXe Congrès de l’AFS (Lille, 6-9 juillet 2021)

Dans le cadre du IXe Congrès de l’AFS qui portera sur le thème « Changer ? », le réseau thématique « Sociologie des médias » (RT37) retiendra des propositions de communication relevant de trois axes principaux.

Il s’agira tout d’abord d’analyser, dans une perspective socio-historique et/ou comparative, la place et le rôle des organisations médiatiques et des journalistes dans la transformation et/ou la reproduction de l’ordre social et politique (axe 1).

Il s’agira ensuite d’interroger les entreprises – corporatistes, politiques, juridiques, bureaucratiques, militantes ou “citoyennes” – qui affichent publiquement leur volonté de réformer les médias et/ou de construire en problèmes publics des enjeux propres au champ journalistique (axe 2).

On cherchera enfin à saisir à quelles conditions la socialisation hors travail des agents participant à la production et à la consommation des contenus médiatiques est susceptible d’exercer des effets sur la structuration de leurs espaces professionnels, et dans quelle mesure les industries médiatiques peuvent contribuer à renforcer ou à modifier les dispositions incorporées des professionnels et des publics (axe 3).

Les propositions de communication sont à déposer sur le site de l’AFS avant le 15 février 2021.

Télécharger l’appel à communication complet du RT37

Une profession “en crise”? Luttes pour l’autonomie professionnelle aux frontières du champ journalistique

Journées d’étude du RT37 “Sociologie des médias” (Paris, 8 avril 2021)

L’objectif de ces journées d’étude du réseau thématique « Sociologie des médias » (RT37) de l’Association Française de Sociologie est de revenir sur les dynamiques contemporaines du champ journalistique en prenant pour objet les pratiques, les logiques de structuration, les identités vécues ou assignées, ou encore les propriétés et dispositions sociales des « nouveaux entrants » – ou supposés tels – du champ de la production de l’information.

Un accent particulier sera mis sur l’étude des relations entretenues ou revendiquées avec les pôles dominants du champ professionnel : comment les représentants de « l’élite » du journalisme et de l’entreprenariat de presse accueillent-ils ces agents qui pour certains pratiquent le journalisme sans nécessairement être reconnus comme journalistes ? Quelles sont les conditions d’acceptabilité ou de rejet de leurs stratégies – d’empiètement, d’annexion, de subversion ? Voit-on l’apparition de « garde-frontières » et de réflexes corporatistes de rejet ? Quelles sont les différentes pratiques d’imitation ou d’emprunts à l’identité journalistique ? Quelles pratiques, codes ou discours – issus d’espaces professionnels différents – les nouveaux entrants apportent-ils dans la sphère journalistique traditionnelle ? Cela remet-il en cause les règles du jeu et les frontières de ce champ professionnel ? En d’autres termes, comment se configurent les rapports de domination, de compétition et de coopération à l’aune de l’intégration/rejet de nouveaux agents ?

Calendrier

  • Date limite de proposition de communication : 15 décembre 2020.
  • Notification d’acceptation : 15 janvier 2020
  • Envoi des contributions : 1er mars 2020
  • Journée d’étude : 8 avril 2020 (en ligne).

Format

Les propositions attendues, de 5000 signes max (bibliographie comprises) devront présenter clairement la problématique, les données empiriques mobilisées et l’axe des journées d’étude dans lesquels elles s’insèrent. Elles seront évaluées à l’aveugle par les membres du comité scientifique. Elles sont à envoyer avant le 15/12/2020 à l’adresse suivante : frontieresjournalisme@gmail.com

Pour les propositions sélectionnées, un texte de 40.000 signes (hors bibliographie) devra être envoyée trois semaines avant les journées d’étude.

Télécharger l’appel à communication complet

Télécharger le programme complet de la journée d’étude

 

Il s’agira aussi, plus largement, d’étudier ce que ces phénomènes font au journalisme comme profession : l’entrée de ces profanes redéfinit-elle les indicateurs qui déterminent classiquement l’appartenance au journalisme comme groupe professionnel, à l’instar de la carte de presse ? Le « flou » ne constitue en rien un dysfonctionnement, mais bien un marqueur constitutif de ce groupe professionnel (Ruellan, 1993). Finalement, c’est donc une réflexion sur ce lien entre « flou de la profession » et ces « nouveaux entrants » qu’il s’agit de développer : ces acteurs sont-ils véritablement « nouveaux » ? Trouve-t-on dans l’histoire du journalisme des exemples similaires d’acteurs « hérétiques » qui viennent interroger ou bouleverser les frontières de la profession ? Ceux qui hier étaient considérés comme des « nouveaux entrants » sont-ils devenus des joueurs intégrés au champ ? Et enfin, quels effets cela a-t-il sur les logiques de légitimation professionnelle ?

Trois questions, relatives aux trois axes proposés par cette appel à communication, pourront guider la soumission de propositions de communication. Quelles sont les conditions sociales de production et de légitimation de ces discours de « crise » (Axe 1) ? Quelles sont les logiques de régulations du champ à l’œuvre à l’égard de ces nouveaux entrants (Axe 2) ? Comment ces transformations des croyances et représentations collectives de la crise font-elles évoluer les pratiques professionnelles (Axe 3) ?

Comité scientifique

  • Benjamin Ferron, Université Paris-Est, CEDITEC
  • Jérome Berthaut, Université de Bourgogne, CIMEOS
  • Julie Sedel, Université de Strasbourg, SAGE
  • Karim Souanef, Université de Lille, CERAPS
  • Eric Darras, Sciences Po Toulouse, LaSSP
  • Magali Nonjon, Sciences Po Aix, CHERPA
  • Nicolas Hubé, Université de Lorraine, CREM.
  • Clémentine Berjaud, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP.
  • Erik Neveu, IEP de Rennes, Arènes
  • Dominique Marchetti, EHESS, CESSP
  • Christian Delporte, Université Versailles Saint-Quentin, IECI

Comité d’organisation

  • Safia Dahani, Sciences Po Toulouse, LaSSP.
  • Keyvan Ghorbanzadeh, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP.
  • Simon Mangon, Sciences Po Aix, CHERPA.
  • Ysé Vauchez, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP.

La formation de l’information : actualité de la recherche en sociologie du journalisme

Séminaire du réseau thématique “Sociologie des médias” (RT37) de l’AFS (Paris, 6/11/2020)

Le réseau thématique 37 “Sociologie des médias” de l’Association Française de Sociologie organisait le 6 novembre 2020 un webinaire consacré à l’actualité de la recherche en sociologie du journalisme, autour du thème de “la formation de l’information”.

Quels sont les déterminants sociaux de la sélection et de la formation des journalistes ? Comment se structure l’espace polarisé et hiérarchisé des écoles de journalisme ? Quels sont les effets de ces formations scolairement et donc socialement sélectives sur les dispositions incorporées et les trajectoire professionnelle de l’élite des journalistes ? Dans quelle mesure ces mécanismes de socialisation professionnelle pèsent-ils sur la division du travail journalistique (presse nationale/locale, généraliste/spécialisée, etc.) et plus généralement sur le travail quotidien de production de l’information ?

Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, le séminaire réunissait les auteurs de trois ouvrages récents publiés dans la collection Res Publica des Presses Universitaires de Rennes : Ivan Chupin (Les écoles du journalisme, 2018), Géraud Lafarge (Les diplômés du journalisme, 2019) et Karim Souanef (Le journalisme sportif, 2019). La discussion était animée par Frédéric Nicolas.

Médias et violence sociale / Media & Social Violence

Journée d’étude RT37 “Sociologie des médias”/Lassp (Toulouse, 20 novembre 2019 

Cette journée d’étude se propose de profiter de la venue de Silvio Waisbord (Université George Washington, Editor-in-chief du Journal of Communication) en tant que professeur invité à Sciences Po Toulouse pour explorer une des thématiques qu’il a récemment étudié (notamment dans : News of Baltimore: Race, Rage and the City, Routledge, 2017) en rassemblant la communauté des chercheurs toulousains et français sur le journalisme et les médias et/ou travaillant des objets pertinents pour la problématique (travaux sur l’urbain, l’action collective, la construction des problèmes publics, etc.).

Il s’agit ainsi de visibiliser les travaux sur le journalisme et les médias au sein de ce champ de recherche tant au niveau national qu’international. L’ambition est en effet de mieux faire connaître les derniers travaux français au sein de la communauté de recherche internationale en engageant un dialogue fructueux avec l’un de ses acteurs majeurs.

Télécharger le programme de la journée d’étude

Cette journée d’étude répond à deux objectifs principaux. Il s’agit tout d’abord d’avancer scientifiquement dans une meilleure connaissance de la contribution des médias à l’émergence et à la mise en forme et en publicité de problématiques (et des mouvements qui leurs sont liés) ayant trait aux divers phénomènes de violence sociale. Promouvoir une réflexion en termes de violence sociale permet de ne pas en rester aux réalités les plus visibles et les plus stigmatisées (violences urbaines, faits-divers) qui concernent les franges les plus dominées de l’espace social mais d’analyser de front d’autres modalités, longtemps (et parfois toujours) invisibilisées ou euphémisées, de violence sociale émanant d’autres groupes sociaux souvent plus dominants (violence de classe, de genre, raciale, des rapports au travail, etc.). En envisageant de manière globale ces phénomènes, on s’autorise à ne pas en rester aux différences faciales et à mieux comprendre les logiques générales de leur médiatisation (ou de leur non-médiatisation).

Il s’agit ensuite de contribuer à la visibilité de la recherche française sur ces questions à l’échelle internationale en profitant de la présence d’un de ceux qui fait office de « passeur » international des problématiques et des travaux dans l’espace scientifique mondial (Silvio Waisbord publie tant en anglais qu’en espagnol, est et a été à la tête de revues centrales : International journal of Press/Politics, puis du Journal of Communication). Pour ce faire les présentations se dérouleront en anglais.

L’analyse dispositionnelle des pratiques professionnelles dans les médias

Séminaire du RT37 “Sociologie des médias” (Paris, 14 mai 2019)

L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à l’intérêt de la notion de “disposition” pour analyser le travail des professionnels des médias et d’engager le RT37 dans un programme de recherche collectif pour la prochaine période inter-congrès (2019-2021).

Nous avons le plaisir d’accueillir David Pichonnaz (HES-SO Valais-Wallis, Suisse) et Kevin Toffel (HESAV // HES-SO, Lausanne, Suisse), sociologues des groupes professionnels et du travail, coordinateurs du numéro 25 de la revue Emulations intitulé “Des dispositions au travail. L’origine sociale des pratiques professionnelles” (2018). La discussion estanimée par Safia Dahani (doctorante au Lassp, Sciences Po Toulouse) et Benjamin Ferron (MCF à l’UPEC-Céditec).

A rebours des approches déterministes (et de sens commun) de la pratique qui ancrent les dispositions dans la biologie ou la génétique, et d’approche sociologiques exclusivement intentionnalistes et interactionnistes qui tendent à les évacuer de l’analyse, l’approche en termes de dispositions invite, comme le remarquent nos invités, à “ne pas séparer l’étude du travail de l’ancrage social des agents”.

Quels enseignements les sociologues des médias et du journalisme peuvent-ils tirer des recherches menées dans cette perspective sur d’autres groupes professionnels ? Quels éclairages une sociologie dispositionnaliste du travail peut-elle trouver dans les travaux menés en sociologie des médias et du journalisme ?

Télécharger le compte-rendu complet du séminaire