Tous les articles par sociomedias

Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2023-24 du RT–37

Le RT37 Sociologie des médias de l’Association française de Sociologie organise un séminaire qui porte sur les actualités de la sociologie des médias.

Les informations relatives au séminaire 2023-24 seront mises à jour progressivement.

Le séminaire peut être suivi à distance, via Zoom. Il sera aussi parfois au format hybride.

Comité d’organisation :
M. Berger , Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP 
C. Castellvi, Université Paris Cité/CRCAO
A. Magat, Sciences Po Grenoble/PACTE
P. Mayance, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP
F. Naït-Bouda, Université Côte d’Azur/SIC.Lab

Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com

Programme 2023-24

Séance 1 / mardi 21 novembre 2023 : Le mythe professionnel journalistique à l’épreuve des faits – avec le LASSP

Invitée : Sandra Vera-Zambrano, Universidad Iberoamericana, Mexico City

Lieu : salle MD 404 de Sciences Po Toulouse (bâtiment D- étage 4), Toulouse de 10h00 à 12h00.

Cette première séance à Toulouse se tient en collaboration avec L’Axe 2 du LaSSP Sciences Po Toulouse.

Pour celles et ceux qui ne pourraient être présentes, une visioconférence sera disponible : https://ut-capitole-fr.zoom.us/j/95692251575

Powers Matthew et Vera Zambrano Sandra, The journalist’s predicament: difficult choices in a declining profession, New York, Columbia University Press, 2023.

Summary:
Low pay. Uncertain work prospects. Diminished prestige. Why would anyone still want be a journalist? Drawing on in-depth interviews in France and the United States, Matthew Powers and Sandra Vera-Zambrano explore the ways individuals come to believe that journalism is a worthy pursuit—and how that conviction is managed and sometimes dissolves amid the profession’s ongoing upheavals.

For many people, journalism represents a job that is interesting and substantial, with opportunities for expression, a sense of self-fulfillment, and a connection to broader social values. By distilling complex ideas, holding the powerful to account, and revealing hidden realities, journalists play a crucial role in helping audiences make sense of the world. Experiences in the profession, though, are often far more disappointing. Many find themselves doing tasks that bear little relation to what attracted them initially or are frustrated by institutions privileging what sells over what informs. The imbalance between the profession’s economic woes and its social importance threatens to erode individuals’ beliefs that journalism remains a worthwhile pursuit. Powers and Vera-Zambrano emphasize that, as with many seemingly individual choices, social factors—class, gender, education, and race—shape how journalists make sense of their profession and whether or not they remain in it.

An in-depth story of one profession under pressure, The Journalist’s Predicament uncovers tensions that also confront other socially important jobs like teaching, nursing, and caretaking.*

Matthew Powers is an associate professor in the Department of Communication at the University of Washington in Seattle, where he codirects the Center for Journalism, Media, and Democracy. His books include NGOs as Newsmakers: The Changing Landscape of International News (Columbia, 2018).

Sandra Vera-Zambrano is a member of the National Research System and coordinates both the PhD program in communication and La Revista Iberoamericana at Universidad Iberoamericana, Mexico City.

*Faible rémunération. Perspectives d’emploi incertaines. Un prestige amoindri. Pourquoi quelqu’un voudrait-il encore être journaliste ? S’appuyant sur des entretiens approfondis en France et aux États-Unis, Matthew Powers et Sandra Vera-Zambrano explorent la manière dont les individus en viennent à croire que le journalisme est une activité digne d’intérêt – et comment cette conviction est gérée et parfois dissoute dans le contexte des bouleversements que connaît la profession.

Pour de nombreuses personnes, le journalisme représente un travail intéressant et substantiel, offrant des possibilités d’expression, un sentiment d’accomplissement personnel et un lien avec des valeurs sociales plus larges. En distillant des idées complexes, en demandant des comptes aux puissants et en révélant des réalités cachées, les journalistes jouent un rôle crucial en aidant le public à donner un sens au monde. Cependant, les expériences vécues dans la profession sont souvent beaucoup plus décevantes. Nombreux sont ceux qui se retrouvent à effectuer des tâches qui n’ont que peu de rapport avec ce qui les a attirés au départ ou qui sont frustrés par les institutions qui privilégient ce qui se vend au détriment de ce qui informe. Le déséquilibre entre les difficultés économiques de la profession et son importance sociale menace d’éroder la conviction des individus que le journalisme reste une activité digne d’intérêt. Powers et Vera-Zambrano soulignent que, comme pour de nombreux choix apparemment individuels, les facteurs sociaux – classe, sexe, éducation et race – déterminent la manière dont les journalistes donnent un sens à leur profession et décident de la conserver ou non.

Histoire approfondie d’une profession sous pression, The Journalist’s Predicament met à jour des tensions qui touchent également d’autres professions socialement importantes comme l’enseignement, les soins infirmiers et la garde d’enfants.

Séance 2 / Lundi 11 décembre 2023

Invité : Rémy Rieffel, Université Paris-Panthéon-Assas/CARISM

Discutant : Laurent Martin, Sorbonne Nouvelle/ICEE

Lieu : salle 159 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 16h.

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur zoom via ce lien : https://u-paris.zoom.us/meeting/register/tZIlc-itrjktGNzijQQZTdYOIa1etpBJSPkx

Rieffel Rémy, L’emprise médiatique sur le débat d’idées: trente années de vie intellectuelle (1989-2019), 1re édition., Paris, PUF, 2022, 413 p.

Résumé :

Quelles modifications se sont produites au cours de ces trente dernières années dans la production et la circulation des idées en France ? Où se joue dorénavant la valeur publique des idées ? Se pencher conjointement sur la transformation des modalités du débat d’idées et sur les mutations en cours du monde médiatique permet d’y répondre.



Au sein du monde intellectuel, le poids croissant de la logique économique et promotionnelle, le contexte politique et idéologique, les nouvelles relations entre acteurs en présence (universitaires, chercheurs, écrivains, artistes, éditeurs, journalistes) et l’essor des médias numériques ont changé les formes de reconnaissance et de visibilité. Au sein du monde médiatique, les nouveaux rapports à l’information, l’ébranlement des formes traditionnelles de prescription, l’essor des émissions polémiques à la télévision ainsi que l’expansion du web et des réseaux sociaux ont en partie occulté la richesse de la vie intellectuelle. Ils ont favorisé l’essor des idées inscrites dans l’air du temps et instauré des rapports de force différents entre producteurs, médiateurs et diffuseurs d’idées.

Rémy Rieffel montre en sociologue comment le monde intellectuel a peu à peu subi l’attraction du monde médiatique et perdu une partie de son autonomie au regard du pouvoir croissant de sélection, de cadrage et de consécration exercé par les journalistes et les nouveaux influenceurs.

Rémy Rieffel est sociologue des médias, professeur à l’université Panthéon-Assas (IFP) et membre du laboratoire Carism. Il est notamment l’auteur de Que sont les médias ? (Gallimard, « Folio », 2005) et de Révolution numérique, révolution culturelle ? (Gallimard, « Folio », 2014).

Séance 3 / Lundi 8 janvier 2024

Invitée : Marie-Noëlle Doutreix, Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication – Université Lumière Lyon 2 – Laboratoire Elico

Discutantes : Faïza Naït-Bouda, Maître de conférences (Sic.Lab Méditerranée – Université Côte d’Azur – ) et Anastasia Magat, Doctorante en sociologie (UMR Pacte – Université Grenoble Alpes)

Lieu : Salle 319 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 16h.

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur zoom via ce lien : https://univ-cotedazur.zoom.us/meeting/register/tZArcOitrjwtG9WE4E7hMRhisS4p6dj4V84z

Doutreix, Marie-Noëlle, Wikipédia et l’actualité. Qualité de l’information et normes collaboratives d’un média en ligne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2020, 254 p.

Résumé :

Wikipédia fête ses 20 ans. Prise entre genre encyclopédique et genre médiatique, elle n’est pas une encyclopédie comme les autres. Très sensible aux événements, elle reprend souvent des sources journalistiques. Et sa consultation varie en fonction de ce qui fait actualité à un moment donné : sortie de films, mariage princier ou controverse politique. Depuis sa création, lui ont été reprochés ses approximations, erreurs et biais idéologiques.



Cet ouvrage, tout en questionnant les limites de ses principes (celui de neutralité de point de vue en particulier), analyse les manières dont sa communauté œuvre à la qualité des contenus. De sorte qu’à l’heure où Internet est pointé pour les fausses informations qui y circulent, les pratiques et outils que Wikipédia met en œuvre pour renforcer sa fiabilité pourraient devenir exemplaires.

Marie-Noëlle Doutreix est Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheure membre du laboratoire Elico. Son ouvrage est issu de son travail doctoral et a reçu le prix des Assises internationales du journalisme de Tours en 2021.

Séance 4 / vendredi 24 mai 2024 10h-12h

Invités : Thomas Frinault (Maîtres de conférences à l’Université Rennes 2 – Laboratoire Arènes), Pierre Karila-Cohen (Professeur à l’Université Rennes 2) et Erik Neveu (professeur émérite à l’Université Rennes 2 – Laboratoire Arènes).

Discutant : Nicolas Hubé (professeur à l’Université de Lorraine).

Lieu : Salle 124 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 10h à 12h.

Si vous souhaitez y assister à distance, une visioconférence sera disponible à partir du lien suivant : : https://univ-cotedazur.zoom.us/j/89986663447?pwd=em5ud1REMEdhWTN3d1RYWHNNREZ0UT09

Thomas Frinault, Pierre Karila-Cohen, Erik Neveu, Qu’est-ce que l’opinion publique ? Paris, Gallimard, 2023, 500 p.

Résumé : Notion faussement familière, “l’opinion publique” est utilisée au quotidien par les journalistes, les acteurs politiques, et invoquée via un outil comme le sondage. Elle laisse penser qu’il serait possible d’accéder à une vision globale, même floue, des attentes d’un peuple. Mais dans nos sociétés contemporaines individualistes, peut-on encore parler d’une opinion publique ? Est-elle la somme des opinions individuelles ? Si tel est le cas, comment les recenser ? Et pourquoi saisir l’opinion : pour l’écouter, la contrôler, l’assagir ? Derrière l’opinion publique se cache donc la question du droit à parler et à être écouté dans l’espace public, question intimement liée aux aspirations démocratiques des sociétés. Dans cette synthèse historique de grande ampleur, les auteurs font émerger des “régimes d’opinion”, c’est-à-dire des configurations sociales et historiques dans lesquelles une forme d’opinion publique trouve à s’exprimer. Ils se penchent sur la notion et les réalités de l’opinion publique du monde grec à nos jours, dressent un bilan des rapports complexes entre sondages et opinion et proposent une réflexion exploratoire sur l’impact des réseaux sociaux sur l’espace public.

AAC / “Produire l’information en continu : La nouvelle norme professionnelle du journalisme ?” (date limite d’envoi des propositions : 6 mai 2024)

Produire l’information en continu
La nouvelle norme professionnelle du journalisme ?

Journées d’étude
12-13 décembre 2024 à Marseille

L’intérêt sociologique pour la production de l’information journalistique, qui émerge en France dans les années 1980-1990, et s’épanouit au cours des années 2000, semble s’émousser depuis une quinzaine d’années1.
Le champ journalistique et les pratiques professionnelles ont pourtant beaucoup changé : la numérisation et la plateformisation ont transformé les pratiques professionnelles et les usages des publics, de nouvelles spécialités journalistiques et de nouveaux protagonistes ont émergé (comme les professionnels chargés du référencement pour favoriser la diffusion par les « infomédiaires », des fact- checkeurs, etc.), les hiérarchies professionnelles ont évolué… Parmi toutes ces transformations, une encore peu explorée mérite de constituer l’hypothèse centrale de ces journées d’étude : l’extension de la pratique de l’« information en continu », autrement dit la cohabitation en simultané et de manière intriquée, au sein des organisations médiatiques, des activités de production et d’édition pour satisfaire une stratégie de diffusion ininterrompue de contenus journalistiques. Alors qu’elle était, au début des années 2000, cantonnée à quelques médias audiovisuels dominés dans le champ journalistique (Baisnée & Marchetti, 2000) ou à l’occasion d’événements extra -ordinaires de retentissement mondial2, cette pratique journalistique s’est largement développée au point d’apparaître comme une norme du journalisme en général.

Une analyse relationnelle d’enquêtes empiriques sur les pratiques journalistiques

Les journées d’étude « Produire l’information en continu : la nouvelle norme professionnelle du journalisme ? » ont pour objectif de mettre à jour les connaissances sociologiques sur la fabrication quotidienne de l’information journalistique (newsmaking). La série de travaux empiriques rassemblée à cette occasion sera ensuite publiée dans un dossier de revue. Ces enquêtes sociologiques, monographiques ou comparatives, porteront sur les pratiques journalistiques de production de l’information quotidienne. Cela implique une méthodologie faisant appel à des entretiens ou des observations, qui peuvent éventuellement être étoffés par des analyses de contenu et des traitements statistiques.

Par ailleurs, pour se prémunir du risque d’une généralisation excessive qui consisterait à analyser l’information en continu comme une pratique uniformément observable dans tous les sous-espaces du champ journalistique, la démarche est résolument relationnelle. En posant la question de l’emprise plus ou moins grande de cette norme professionnelle sur les pratiques professionnelles, et les modalités différentes qu’elle peut prendre, d’une rédaction à une autre, d’un service, voire d’un journaliste à un autre, il s’agit de saisir comment elle s’exerce de manière plus ou moins forte en différents points de l’univers professionnel. La réunion de recherches articulant enquêtes de terrain et points de vue théoriquement construits doit permettre de comparer et donc de mesurer un peu mieux, à l’issue de ces journées d’étude, l’ampleur de ces évolutions. Les propositions pourront analyser aussi bien les moda lités de fonc tionnement d’une réda c tion que la produc tion journa l istique d’ u n évènement particulier.

Un nouveau modèle d’excellence professionnelle ?

Cette approche consiste à interroger la pratique de l’information en continu comme un nouveau modèle d’excellence professionnel le au sein du champ journalistique. D’une part, les média s pratiquant traditionnellement l’information en continu, notamment les chaînes de télévision, sont plus nombreux et moins marginaux. D’autre part, d’autres rédactions qui étaient traditionnellement éloignées de cette pratique (la presse écrite) s’y convertissent3, à la faveur du développement des technologies numériques qui ont levé les freins techniques et permis de multiplier les canaux de diffusion de productions médiatiques, des canaux hertziens de la radio-télévision à la radio et télévision numériques terrestres, en passant par le développement des sites web, des plateformes et des réseaux socionumérique s.

Cette évolution rend possible la pratique d’une information produite et diffusée très rapidement. Si cela n’implique pas mécaniquement que toutes les rédactions y recourent, de facto la pratique est aujourd’hui beaucoup plus répandue, et cette nouvelle donne incite chaque média à questionner sa politique éditoriale sur le plan des formats proposés à son public, de leur temporalité de diffusion, et par conséquent sur leurs normes de production de l’information. Là où la compétition pour la « primeur » s’était longtemps jouée au sein de chaque catégorie de média (entre chaînes de télévision généralistes, entre stations de radios, ou entre titres de la presse imprimée d’information généraliste ou spécialisée) et dans des créneaux horaires spécifiques (journaux télévisés de mi et fin de journée, « matinales » des radios, et sorties en kiosques), les capacités de diffusion permanente offertes par les nombreux canaux numériques dont se sont dotées les rédactions favorisent le renforcement de luttes concurrentielles entre toutes les rédactions et à tout moment de la journée.

Des communications prenant pour objet la presse en ligne pourront par exemple étudier l’injonction au « web first » (Ruffio, Hubé, 2022) que l’on observe dans beaucoup de titres. L’étude de la division du travail serait ici intéressante : qu’est-ce qui relève de l’information en continu ? Et qu’est-ce qui relève de la publication papier ? Les terrains d’enquêtes consacrés à l’information dite locale ou régionale, caractérisée depuis des décennies par des configurations de quasi-monopole par média (un quotidien départemental ou régional, une station de Radio France et une chaîne régionale de France 3) pourraient être un point d’observation et d’analyse pertinent d’une redéfinition des rapports de forces à l’échelle du champ de l’information locale.

L’hypothèse de l’information en continu comme modèle d’excellence journalistique va plus loin. Cette pratique n’est pas seulement plus répandue. Elle est aussi reconnue comme une activité légitime, voire comme la norme de légitimité en fonction de laquelle chaque rédaction ou chaque journaliste doit se situer. On peut en effet se demander si cette norme ne pèse pas indirectement, par une sorte d’effet de champ, sur les médias qui ne font pas de l’information en continu, ne serait-ce qu’en interrogeant leur business model voire leur raison d’être éditoriale. Comment les finalités et les modalités de production de l’information dans ces médias sont-elles susceptibles d’évoluer pour justifier leur existence (et leur prix) auprès des publics visés, alors que l’information est disponible immédiatement, et souvent gratuitement, en ligne ? Dans quelle mesure le développement de projets de « long-form journalism » et de « slow journalism » peut-il être analysé comme un repositionnement de collectifs ou de journalistes aux dispositions spécifiques, face à l’emprise grandissante de la norme de l’information en continu ?

En interrogeant la pratique de l’information en continu comme un nouveau modèle d’excellence professionnel, l’appel incite ainsi à réfléchir de manière relationnelle aux transformations du champ journalistique et du newsmaking en général. Il invite à croiser les quatre fils suivants.

Axe 1. Les transformations de la structure du champ journalistique

La montée en puissance de la pratique de l’information en continu ne peut se dispenser de questionner ses conditions socio-économiques de possibilité. Elle semble correspondre à un renforcement du pôle commercial du champ journalistique et une généralisation de ses modalités pratiques de production de l’information. La montée en puissance des canaux de diffusion de l’information en ligne va de pair avec le déclin des ventes de la presse écrite et de l’audience de la télévision. Les années 2000 marquent, à ce titre, un tournant dans la transformation industrielle des groupes de presse écrite. Confrontés à un recul constant de leurs audiences payantes et à une fragilisation de leurs revenus publicitaires, les journaux régionaux comme nationaux entament aussi la diversification de leurs modes de diffusion. L’extension de l’information continue est aussi liée aux politiques publiques qui participent de la structuration du secteur des médias. Le développement de la Télévision numérique terrestre (TNT) à partir de 2005 s’est traduit par la multiplication de chaînes (de 6 chaînes nationales « hertziennes » à 27 chaînes nationales gratuites), le plus souvent thématiques. Parmi ces nouveaux entrants, on compte désormais quatre chaînes d’information en continu, qui contribuent à la production et à la circulation des normes professionnelles émergentes interrogées dans cet appel. L’audience des médias en ligne progresse à la mesure de l’équipement et de la connexion des ménages, qui permettent une démocratisation de l’accès aux contenus numériques, d’autant que ceux-ci sont diffusés massivement gratuitement (Legavre, Rieffel, 2017 ; Cagé, Hervé, Viaud, 2017). Coté production de l’information, les innovations techniques favorisent un renouvellement des formats publiés par les journaux de presse écrite (vidéos, datavisualisation…) mais également un affranchissement des contraintes temporelles de « bouclage » et d’impression. La création des premiers live-blogs de suivi en continu de l’actualité à partir de 2009 (Pignard-Cheynel, Sebbah, 2022) marque l’entrée de la presse écrite dans l’univers de l’information en continu. Désormais, devoir informer (et être informé coté public) en « temps réel », « minute par minute » sur un « événement » majeur semble relever des missions d’intérêt général d’un « journal ».

Axe 2. L’évolution de la division du travail

L’étude de l’information en continu comme modèle d’excellence invite ensuite à une analyse organisationnelle de la production de l’information, en fonction des contraintes et des logiques temporelles, d’audiences et économiques.
D’une part, on peut se demander si les spécialités journalistiques qui se sont constituées et sédimentées sur le temps long du processus de professionnalisation du métier sont affectées par cette norme. Dans quelle mesure celle-ci change-t-elle les pratiques de collecte ou de mise en forme, le rapport aux sources, dans le journalisme politique, économique, culturel ou sportif par exemple ? Se traduit-elle nécessairement par une perte d’initiative journalistique, l’urgence du travail plaçant selon toute vraisemblance les journalistes dans une plus grande dépendance aux sources institutionnelles ? Par exemple, le journalisme politique devient-il davantage un journalisme de desk, relayant et commentant les prises de position sur les réseaux socionumériques plus que les propos informels glanés « en off » ou dans les couloirs du pouvoir ? Sur les chaînes de télévision, les activités du reporter dépêché sur le terrain consistent pour une grande part de son temps à « incarner » la présence du media sur le terrain plutôt qu’à collecter des informations. Cette présence peut d’ailleurs aller jusqu’à gêner le travail des autres reporters quand les équipes de perchistes et de cameramen occupent tout l’espace du Salon de l’agriculture, contraignant les journalistes des autres médias à adopter un autre regard (Chupin, Mayance, 2020). D’autre part, il semble que la production de l’information en continu favorise l’émergence et l’institutionnalisation de nouvelles spécialités journalistiques. L’on pense par exemple à l’animation des fils de discussion lors des « lives » (Pignard-Cheynel & Sebbah, 2022), mais aussi aux fact-checkers (Vauchez, 2019) qui viennent vérifier en direct la véracité des propos rapportés. À la télévision, le développement de l’information en continu s’accompagne d’un renforcement du rôle et de la place occupés par les « éditorialistes » sur les plateaux « en direct », pour assurer un traitement permanent de « l’actualité ». De même les rédacteurs en chef et chefs de services habituellement dévolus principalement à des tâches d’organisation du travail de la rédaction et de direction éditoriale des journaux trouvent une nouvelle visibilité pour assurer une présence à l’antenne. Selon les évènements, l’autonomie de travail des JRI sur le terrain peut être réduite à la production d’un flux d’images sans cadrage spécifique (manifestations, salons de l’agriculture, etc.) quand leur fonction n’est tout simplement pas rendue inutile par l’utilisation d’images produites par les organisateurs ou issues des réseaux socionumériques. Le travail de montage et de sélection est alors fait depuis le siège.
Au-delà de l’analyse particulière de telle ou telle spécialité, il faut aussi interroger l’évolution de la division du tra va il, des ra pports entre spéc ia lités , et nota mment l’évolution des hiéra rc hi e s professionnelles. On peut par exemple faire l’hypothèse que le modèle d’excellence de l’information en continu renforce la domination croissante des journalistes généralistes sur les spécialistes, qui se dessinait déjà dans les années 1990 (Marchetti, 2002), qu’il s’agisse, à la télévision, des fonctions de journalistes-rédacteurs ou reporters, comme des fonctions des éditorialistes-commentateurs.

Axe 3. Les temporalités de production et de publication : le nouvel enjeu des luttes autour de la valeur de l’information

La constitution de l’information en continu comme nouvelle norme professionnelle interroge aussi les mutations et la redéfinition de la valeur de l’information journalistique (newsworthiness). L’opposition entre slow information et fast information a-t-elle remplacé celle entre hard et soft news ?

On peut faire l’hypothèse que la montée des pratiques d’information en continu n’est pas pour autant synonyme d’un alignement des critères d’excellence sur la seule course à la primauté, mais qu’elle s’accompagne d’une réactualisation voire d’une intensification de l’opposition entre deux conceptions de la valeur de l’information. D’un côté, la valeur de la nouveauté fonde l’intérêt d’une information sur le fait qu’elle est produite, publiée et mise à jour très rapidement et tout au long de la journée. D’un autre côté, on observe un regain de la critique du traitement quotidien de l’« actualité ». Celui-ci a en effet été de longue date dénigré pour sa « superficialité » (en particulier s’agissant des journaux télévisés), opposée aux genres nobles qu’incarnent, dans les représentations professionnelles, le « grand reportage », « l’investigation », ou encore le documentaire (Gatien, 2012), dont la légitimité puise notamment dans des temps d’enquête et de productions prolongés. Le renouveau actuel d’un journalisme d’enquête ou d’analyse en ligne, qui marque une distance plus ou moins grande avec le rythme de l’actualité pour produire ses propres informations, se donne par exemple à voir dans les cas de Médiapart ou Les Jours, ou dans l’explosion de l’offre documentaire sur les chaînes traditionnelles ou sur les plateformes de VOD. Il faudra se demander quelles sont les dispositions, les parcours et les conditions qui favorisent l’inscription des journalistes dans ces luttes de définition du modèle d’excellence. Dans quelle mesure l’emprise croissante de ce journalisme « en continu » vient-elle accentuer les expériences de « misères de position » (Accardo, 2007), vécues par les journalistes dont les aspirations professionnelles s’avèrent incompatibles avec cette modalité d’exercice du métier ?

Axe 4. Les effets sur la fabrique de l’événement

On se demandera, enfin, comment ce modèle d’excellence façonne l’information ainsi produite. Il ne s’agit pas seulement ici de proposer une analyse article par article de la production, mais d’interroger de façon plus structurelle la définition de l’actualité. Dans quelle mesure la diffusion ininterrompue par un spectre élargi de médias d’information vient modifier les formes d’influence que ces derniers sont susceptibles d’exercer les uns sur les autres, et ébranle les positions de prescripteurs et les magistères sur la définition de « l’actualité » exercé par certains, tels que le journal Le Monde ou son pendant populaire Le Parisien, ou encore les « grand- messes » des « JT de 20 heures » ? Comment les stratégies et les pratiques des porte-paroles cherchant à peser sur l’agenda journalistique ont-elles évolué dans cette nouvelle configuration de production de l’information ? On s’interrogera ainsi sur de nouveaux processus de consécration de l’information, via des jeux de reprises et de nouvelles modalités de la « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996). Pour le dire autrement, il s’agit de questionner comment la norme de l’information en continu pèse sur la définition de l’agenda journalistique (McCombs & Shaw, 1972) et des cadrages dominants (Entman, 1993). On peut notamment se demander si, de façon paradoxale, le traitement en continu de l’information n’a pas contribué à un retour en force du journalisme d’opinion du fait de l’omniprésence des éditorialistes et commentateurs en plateau.

Consignes

6 mai : remise des propositions de communication de 5000 signes maximum par mail à pauline.amiel@univ-amu.fr et jeremie.nollet@sciencespo-toulouse.fr
1er juillet : notification des résultats de l’appel à communication
1er novembre : rendu des articles de 50 000 signes maximum pour les Journées d’étude 
12 et 13 décembre : Journées d’étude à l’EJCAM, 21 rue Virgile Marron, 13005 Marseille

Comité d’organisation

Pauline Amiel – IMSIC, université d’Aix-Marseille
Olivier Baisnée – LaSSP, Sciences Po Toulouse
Loïc Ballarini – Arènes, université de Rennes
Jérôme Berthaut – CIMEOS, université de Bourgogne
Cyriac Gousset – LaSSP, Sciences Po Toulouse
Nicolas Hubé – Crem, université de Lorraine.
Jérémie Nollet – LaSSP, Sciences Po Toulouse

version PDF de l’appel

AAA / “Éduquer aux médias et à l’information ? La construction sociale d’une action publique contre les “désordres informationnels”” (dossier pour la revue Politiques de communication. Date limite : 15 février 2024)

– Appel à articles 

EDUQUER AUX MEDIAS ET A L’INFORMATION ?
La construction sociale d’une action publique contre les « désordres informationnels »

Dossier coordonné par Amandine Kervella, GERiiCO-Université de Lille, ENPJJ (amandine.kervella@univ-lille.fr) et Nicolas Hubé, CREM-Université de Lorraine (nicolas.hube@univ-lorraine.fr).

Date limite de remise des textes, de 60 000 signes espaces compris 15 février 2024.

L’argumentaire complet de l’appel à articles est disponible ici.

AAC / “Le meeting électoral en France de 1945 à nos jours” (Université de Lorraine, date limite des propositions : 30 octobre 2023)

Appel à communications

LE MEETING ELECTORAL EN FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Colloque pluridisciplinaire, Université de Lorraine

Metz, les 10 et 11 octobre 2024

Argumentaire

Le meeting électoral constitue un lieu, un temps et un mode important de l’action politique. La dernière campagne présidentielle l’a encore démontré avec les contrecoups du meeting raté de Valérie Pécresse au Zénith, les violences ayant émaillé celui d’Eric Zemmour à Villepinte, et l’inventivité des rassemblements numériques, immersifs et olfactifs de Jean- Luc Mélenchon… ou de son hologramme. Si l’histoire du meeting en France de la fin du XIXème siècle aux années 1930 a fait l’objet du travail de Paula Cossart, la période suivante n’a pas donné lieu à une synthèse systématique d’ensemble. On dispose néanmoins de travaux monographiques en histoire ou en science politique portant sur certains aspects du sujet, qui abordent les meetings de certains partis, ou la place des journalistes couvrant ces meetings. Plus récemment, l’étude menée par Claire Sécail (2017) a permis de donner un regard plus systématique sur la campagne présidentielle de 2017. Néanmoins, le politique ne se réduit pas à la campagne présidentielle et, dans ce domaine, les travaux sont encore plus rares. Faire campagne suppose de suivre des équipes de campagne sur le terrain local dans des activités variées, y compris le porte-à-porte, les « réunions d’appartement » et le tractage sur les marchés pour appréhender, au-delà des seuls meetings, l’évolution du répertoire des campagnes électorales. Dans le cadre d’un colloque pluridisciplinaire réunissant à Metz les 10 et 11 octobre 2024 historiens du politique, politistes, sociologues et spécialistes d’information- communication, trois laboratoires de l’Université de Lorraine (CREM, CRULH, et IRENEE) entendent, avec le soutien de la Société française d’histoire politique (SFHPo) interroger l’histoire du meeting électoral, de 1945 à nos jours, en questionnant l’évolution de ce dernier, en matière de modalités, contenus, médiatisation, publics et enjeux.

Plusieurs axes de questionnement peuvent être envisagés. Une première problématique consistera à apprécier la redéfinition progressive du meeting, notamment dans son organisation pratique, sous la double influence de l’évolution du cadre politique (changements de régime, nationalisation des campagnes politiques et recours plus systématique à des écuries politiques et partisanes autour du Président, évolution des acteurs et des cultures politiques…) et des bouleversements du paysage médiatique (poids successif de la radio, de la télévision puis de l’internet). S’il est probable que le nombre de meetings électoraux ait baissé sur la période, comment expliquer ce phénomène de polarisation (autour de meetings moins nombreux mais plus imposants et réalisés à des fins de médiatisation) ? Une des premières attentes pourra d’ailleurs être de cartographier et quantifier les transformations des meetings selon les périodes. Cette progressive concentration des moyens autour de meetings majeurs tenus dans les grands centres urbains n’est-elle pas à relier aux effets de la Vème République (phénomène majoritaire réduisant l’offre électorale, personnification accrue de la vie politique, présidentialisation et nationalisation du système), comme le notaient dès 1984 Patrick Lehingue et Daniel Gaxie, qui analysaient dans Enjeux municipaux les effets de ce processus sur les campagnes électorales au niveau local? On peut aussi s’interroger sur quand prend fin le vieux meeting « contradictoire », cette originale formule héritée de la fin du XIXème siècle où l’adversaire était autorisé à porter la contradiction ? On cite souvent les législatives de 1967 et notamment la célèbre réunion publique opposant Georges Pompidou à ses adversaires de gauche (François Mitterrand à Nevers et Pierre Mendes France à Grenoble) comme chant du cygne de cette pratique. Qu’en est-il réellement? Les «grands oraux» thématiques organisés par des associations, lobbies ou médias, où défilent successivement les principales têtes d’affiche d’une campagne (du moins, celles qui l’ont accepté) sont-ils la forme contemporaine de cet exercice, sans affrontement direct mais avec unité de lieu, de public et possibilité de se répondre en décalage temporel ? Quand s’estompe le petit meeting « préau d’école » avec son estrade sommaire peu ou pas sonorisée au profit du meeting réputé « à l’américaine » avec ses produits dérivés militants et organisé autour de ses moyens audiovisuels ? Il est probable que la diffusion d’images de ces réunions via la télévision, a transformé l’organisation de ces meetings en amenant les candidats à « mieux maîtriser » les règles d’une communication télévisuelle (notamment en ajustant le temps du meeting aux temps médiatiques – le JT du 20h par exemple…). Plus près de nous, à partir de quand le développement du direct, d’abord via les chaînes d’information en continu, puis sur l’internet et les réseaux socionumériques transforme le meeting au point, selon certains observateurs, d’en redéfinir les codes, les enjeux et les publics ? La diffusion en ligne des meetings permet-elle d’attirer un public plus jeune intéressé par des formes plus directes et spontanées de participation politique ? L’évolution du format (durée, lieu…) n’est pas non plus sans conséquence sur l’enjeu de sécurité : rassembler des centaines, voire des milliers de spectateurs, inviter une figure politique parfois connue et en responsabilité, suppose d’assurer une protection efficace, via un service d’ordre approprié, face aux risques d’entrave et de perturbation plus ou moins forts, les contextes et la couleur politique de l’organisateur. En effet, l’histoire des meetings est aussi une histoire d’obstructions et de violences. Le meeting peut être l’affirmation d’une contradiction parfois violente : de la prise à partie de journalistes venus couvrir l’évènement aux irruptions d’une opposition dans les tribunes ou sur scène. Autant d’évènements qui peuvent servir ou ternir « l’image » du candidat ou de la candidate ou du parti et où détonne, a contrario, la volonté du candidat Macron en 2017 de montrer qu’il faisait de la politique autrement en s’arrêtant et admonestant son public pour qu’il ne siffle pas ses adversaires.

Un autre angle d’approche, complémentaire du premier, consiste à penser le meeting en lien avec l’évolution de la communication et l’émergence de formes nouvelles d’éloquence politique. Si jusqu’au début des années 1960, le meeting électoral semble encore en la matière regarder vers des formes traditionnelles de rhétorique héritées de la IIIème République (le terme « réunion publique » est d’ailleurs encore souvent employé), les choses changent vite par la suite sous l’effet de la diffusion des modèles réputés américains de communication politique, inspirés du marketing. L’ère des « spin doctors » bouleverserait les règles du meeting au risque pour certains d’en aseptiser le contenu. Orateurs déroulants face à leur prompteur des éléments de langage attendus et testés en amont par les instituts de sondage auprès d’échantillons-type, organisateurs reproduisant de manière parfois mécanique des effets venus du spectacle, certaines réunions publiques ressemblent à des shows calibrés au conformisme insipide. Même les « supporters » sont méticuleusement positionnés autour de la scène pour produire de « belles images » en lien avec un électorat ainsi esthétisé. La place des journalistes est également étudiée dans la salle, mais à mesure que le direct s’impose, les images sont fournies et contrôlées par les équipes de campagne. Ce qui entraîne un « renouvellement des mises en scène télévisuelle de la politique », observé par Pierre Leroux et Philippe Riutort (2013), à l’aune d’une confusion des rôles entre les journalistes et les communicants. Ce colloque interrogera ce processus de professionnalisation des communicants et organisateurs de meeting, ainsi que les transformations de l’écriture journalistique. Les journalistes sont de facto moins intéressés par les propos sur les enjeux énoncés que par un décryptage de la stratégie, de la performance scénique, des logiques de ralliement, par un repérage des absents/absentes et des présents/présentes au meeting, par la mesure des « effets » présumés sur les sondages, etc. Reste à voir si cette « américanisation » parfois dénoncée n’est pas plus ancienne qu’on ne le pense. Après tout, dès les années 1960, des chanteurs engagés à droite comme à gauche chauffaient souvent la salle avant l’arrivée du leader, quand ce n’était pas des sportifs qu’on invitait sur scène pour dynamiser le public et moderniser son image. Le paradoxe est alors que ces meetings, s’ils sont moins nombreux, en sont de plus en plus onéreux pour les équipes. Cette mobilisation accrue de moyens n’est pas sans conséquence sur la vie démocratique du pays : les « petits » candidats ont-ils les ressources financières suffisantes pour organiser ces grandes messes militantes et s’aligner face aux principaux partis ? L’évolution vers le meeting spectacle (l’organisation de ce type de meeting étant de plus en plus proposée par des sociétés de communication dans le cadre d’une externalisation croissante de services autrefois assurés par le parti) contribue à une représentation désacralisée du politique ; peut-elle présenter à terme un risque de confiscation de la parole politique ? À moins de jouer délibérément la carte du meeting de proximité, ce vers quoi semblent s’orienter certaines formations par conviction ou nécessité. Réfléchir aux meetings suppose aussi de prendre en compte les cultures politiques en jeu et leurs spécificités au risque, sinon, de trop essentialiser le meeting électoral ou de n’y chercher que ces logiques marketing. Droites, gauches, centres et extrêmes pensent et vivent différemment le meeting où ces familles politiques projettent leurs systèmes de valeurs et de représentations, leur héritage et leur expérience en termes de communication. Là où pour certains, il s’agit surtout d’entretenir la ferveur militante d’un petit groupe, il convient ailleurs de toucher d’abord un électorat plus large ou montrer qu’on fait masse. Partis de masses, partis de cadres, partis d’électeurs et désormais « partis mouvements » ou « partis plateformes » ont des rapports différents au meeting, qu’il conviendra d’étudier.

En lien avec ce qui précède, un troisième regard porterait sur les publics, les enjeux et les effets réels ou supposés du meeting. Dit plus clairement : à qui parle-t-on au juste ? Les publics semblent souvent multiples tant les auditeurs en face de l’orateur sont rarement ceux à qui il s’adresse « réellement » même s’il convient de ne pas les oublier (quitte parfois à s’assurer de leur ferveur via des militants qui « font la claque »). Un autre public moins direct est souvent visé par des médias qui démultiplient la portée des propos tenus au-delà de la seule salle du meeting. Avec le développement des réseaux socionumériques dans les années 2010, on observe la professionnalisation d’un militantisme partisan en ligne. Le meeting devient le lieu et le moment d’une mise en visibilité de cette activité intense des militants sur les comptes des partis. Le meeting a aussi une seconde vie médiatique via les replays, les « petites phrases » retenues sur les RSN, sur les bandeaux des chaînes d’information en continu jusqu’aux mèmes qui détournent des micro-moments. Par ailleurs, il peut y avoir des effets de circularité de la communication politique entre meetings et propagande officielle : mise en avant du slogan / de l’affiche dans la scénographie, spots diffusés pour « chauffer la salle », spots incluant en retour des images de meetings avec des foules enthousiastes et des drapeaux, jouant sur la symbolique politique. Au cours de ce colloque, il est également attendu de ne pas être attentif aux seules mutations dans le temps long mais aussi à celles survenant dans le temps d’une campagne. La configuration politique du moment peut influer sur le contenu et les enjeux de l’événement. On ne dira pas forcément la même chose, de la même façon, ni aux mêmes personnes au début et à la fin d’une campagne, on prendra a priori en compte les spécificités des lieux où les meetings se déroulent et leurs problématiques propres. Il est possible (mais cela resterait à vérifier) qu’un parti en situation de pouvoir organise moins de meetings qu’en situation d’opposition tant cette dernière nécessite de davantage galvaniser, dénoncer et mobiliser.

Enfin, le meeting ne se résume pas à sa médiatisation. Le meeting consiste aussi, parfois surtout, à « rassembler » et rassurer ses partisans sur la justesse de leur choix (plutôt que celui d’un candidat proche), à faire entretenir auprès de ses soutiens le sentiment de communauté d’appartenance idéologique. Leur réunion permet d’engager une dynamique qui portera le candidat au cours de la campagne en affichant une force militante, en démontrant une capacité de conviction. Au risque, parfois, d’un grand écart entre l’affichage public et médiatique d’une ligne partisane moins radicale et d’une présence sur place des fractions les plus engagées (et donc les plus idéologiques) de son mouvement. Cette dernière remarque pose la question des effets du meeting électoral. S’il est compliqué de mesurer empiriquement d’éventuels effets performatifs, un meeting fait-il gagner une élection, participe-t-il des anticipations de victoire ? A contrario, un rassemblement raté, par un public insuffisant ou une prestation rhétorique

médiocre, peut s’avérer contre-productif pour ses soutiens, mais surtout pour les commentateurs de la vie politique, avec des effets de cadrage médiatique sur la suite de la campagne. De même, la multiplication excessive de rassemblements altérera la trésorerie d’un candidat (qui devra de toute façon rendre des comptes aux autorités surveillant les fonds publics de campagne). Sur quelles croyances et justifications les entourages des candidats s’appuient-ils pour mettre en branle ces organisations lourdes et exigeantes en ressources humaines et financières ?

Ce sont là autant de perspectives pouvant guider les propositions de communication, même s’il est évident que ce texte de cadrage est loin d’avoir épuisé les questionnements autour du meeting électoral.

Modalités d’envoi des propositions de communication

Les propositions, sous la forme d’un résumé de 500 mots maximum, seront envoyées au plus tard le 30 octobre 2023 par mail à l’adresse : edc-colloque-meeting@univ-lorraine.fr. Les résumés mentionneront les matériaux empiriques sur lesquels les communications s’appuieront (exemples non limitatifs : archives, données statistiques, comptes de campagne, observations ethnographiques, entretiens qualitatifs, enquêtes par questionnaires, discours prononcés en meeting, analyse de contenu de corpus médiatiques), le cas échéant avec une dimension longitudinale.

Ce résumé sera accompagné, dans un fichier distinct mais envoyé à la même adresse, d’une courte présentation des (co-)auteur-e-s : situation professionnelle, discipline de rattachement, titre de la thèse ‐ en cours ou soutenue ‐ et deux ou trois publications significatives. Les jeunes chercheur-e-s, doctorant-e-s et post-doctorant-e-s, sont très fortement invité-e-s à proposer leurs communications. L’évaluation des propositions par le comité scientifique sera anonymisée et le comité d’organisation du colloque établira le programme, qui sera diffusé fin 2023.

Comité d’organisation du colloque :

François AUDIGIER (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine)
Laurent OLIVIER (Maître de conférences en science politique à l’Université de Lorraine)
Nicolas HUBÉ (Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine)
Anne JADOT (Maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Lorraine)
Jérôme POZZI (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine)
Céline SÉGUR (Professeure en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine)

Outre les membres du comité d’organisation, participent au Comité scientifique : 
Philippe ALDRIN (Professeur de science politique à l’IEP d’Aix-en-Provence) 
Éric ANCEAU (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine) 
Carole BACHELOT (Professeure de science politique à l’Université de LiIle)
Jean EL GAMMAL (Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine)
Sandrine LEVEQUE (Professeure de science politique à l’IEP de Lille)
Marie NEIHOUSER (Chercheuse post-doctorale, Université catholique de l’Ouest, Angers)
Anaïs THEVIOT (Maîtresse de conférences en science politique à l’Université catholique de l’Ouest)
Clément DESRUMEAUX (Maître de conférences en science politique à l’Université Lumière-Lyon)
Fabienne GREFFET (Maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Lorraine)
Pierre LEROUX (Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université catholique de l’Ouest)
Gildas RENOU (Maître de conférences en science politique à l’Université de Lorraine)
Jessica SAINTY (Maîtresse de conférences en science politique à l’Université d’Avignon)
Claire SECAIL (Chargée de recherche CNRS-CERLIS)
Jacques WALTER (Professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine)

Bibliographie indicative

Philippe ALDRIN et Nicolas HUBÉ, Introduction à la communication politique, De Boeck supérieur, 2022.

Paula COSSART, Le meeting politique. De la délibération à la manifestation (1868- 1939), Presses universitaires de Rennes, 2010.

David DOUYERE et Pascal RICAUD, dirs, « YouTube, un espace d’expression politique ? », Politiques de communication, 13, 2019.

LEROUX et Philippe RIUTORT, « Renouvellement des mises en scènes

télévisuelles de la politique », Questions de communication, 24

Jérôme POZZI (dir.), De l’attachée de presse au conseiller en communication, pour une histoire des spin doctors, Presses universitaires de Rennes, 2019.

Sandrine ROGINSKI et Gersende BLANCHARD, dirs, « La professionnalisation de la communication politique en question : acteurs, pratiques, métiers », Les Enjeux de l’information et de la communication, 21, 2020.

Claire SÉCAIL, Les meetings électoraux, scènes et coulisses de la campagne présidentielle de 2017, Presses universitaires du Septentrion, 2020.

PDF de l’AAC

Congrès de l’AFS / Programme des sessions du RT 37 Sociologie des médias (4-7 juillet 2023)

Voici le programme des six sessions organisées par le RT 37 Sociologie des médias pour le congrès de l’Association Française de Sociologie qui se tiendra à Lyon du 4 au 7 juillet prochain.

Programme sur le site de l’AFS cliquez ici.

Session 1 (Mardi 4  ; 10h30 – 12h30) : Les nouveaux acteurs du journalisme

Président : Pierre Mayance (Université Paris 1-CESSP)

  1. Pacouret Jérôme  :  L’importation des start-ups dans le champ du journalisme : les incubateurs de nouveaux médias comme produits et vecteurs de la circulation de modèles d’aide publique et d’organisation des entreprises journalistiques
  2. Camille Chanial  :  Redessiner les frontières du journalisme en République du Congo. Ce que BrazzaNews fait au paysage médiatique congolais

Session 2 (Mardi 4  ; 17h00 – 18h30) : Entrées (dés)ajustées ?

Président : Pierre Mayance (Université Paris 1-CESSP)

Discutant :  Ivan Chupin (Université Saint-Quentin en Yvelines-Printemps)

  1. Berger Maena : Les limites de la reconnaissance professionnelle des « fixeurs» : le cas de la co-production de l’information sur le conflit syrien
  2. Elena Louazon : Une “diversité” contrariée : étude de cas d’un dispositif d’ouverture sociale dans le journalisme

Session 3 (Mercredi 5 ; 9h – 10h30) : Médiactivismes : à l’intersection du militantisme et du journalisme

Présidente : Safia Dahani (EHESS-CESSP)

Discutant :  Samuel Bouron (Université Paris Dauphine-IRISSO)

  1. Raphaël Lupovici, Marie Neihouser, Laurent Thiong-Kay : Carrières automédiatiques de Gilets jaunes : entre radicalité politique et subversion des normes journalistiques
  2. Alexis Clot  :  Écologie et journalisme “alternatif” : sociologie des nouveaux acteurs de l’information militante

Session 4 (mercredi 5 ; 11h – 13h) : Actualité, représentativités et intersections des rapports sociaux

Présidente : Safia Dahani (EHESS-CESSP)

Discutant :  Dominique Marchetti (EHESS, CESSP)

  1. Mischa Dekker  :  Le féminisme dans les rédactions : Le harcèlement de rue et sa (non-)définition comme question de genre dans les médias français et néerlandais
  2. Ange Richard, Gilles Bastin  :  Peut-on expliquer le maintien de l\’inégalité de représentation des femmes et des hommes dans les médias ? Une approche mixte du cas d\’un média d\’information en ligne
  3. Pauline Amiel, Olivier Baisnée, Cyriac Gousset, Jérémie Nollet, Jérôme Berthaut, Nicolas Hubé : L’ordinaire du politique dans les médias français. État des lieux de la place du politique dans le champ journalistique hors campagne électorale

Session 5 (jeudi 6 ;  9h – 10h30) : Avec l’extrême-droite

Présidente : Maena Berger (EHESS-CESSP)

Discutant :  Laurent Thiong -Kay (Université de Lille-LERASS)

  1. Gaël Stephan : Les carrières médiactivistes dans les contre-médias de réinformation. Approche processuelle d’un espace en marge des mondes de l’information
  2. Samuel Bouron, Safia Dahani  :  Rester en marge ou aller au centre ? Positions, transferts, et circulations de l’extrême-droite dans le champ de la production de l’information

Session 6 (Vendredi 7 ; 14h30 – 16h30) : Cadrages

Présidente : Maena Berger (EHESS-CESSP)

Discutante :  Béatrice Damian-Gaillard (Université de Rennes 1-ARENES)

  1. Laure Beaulieu : La Ligue du Lol : révélations de violences sexistes et sexuelles dans le champ journalistique dans le contexte post #MeToo
  2. Ludivine Préneron : BFM TV : prescripteur ou censeur du mouvement des Gilets Jaunes ?

Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2022-23 du RT–37

Le RT37 Sociologie des médias de l’Association française de Sociologie met en place un séminaire qui porte sur les actualités de la sociologie des médias.

Les informations relatives au séminaire 2022-23 seront mises à jour progressivement.

Le séminaire peut être suivi à distance, via Zoom.

Toutes les séances se tiennent a priori au site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 16h.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

Comité d’organisation :
M. Berger , Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP 
C. Castellvi, Université Paris Cité/CRCAO
S. Dahani, IEP de Toulouse/LaSSP
P. Mayance, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP

Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com

Programme 2022-23

Séance 1 / mardi 29 novembre 2022 : regard sur la communication politique

Invitée : Claire SÉCAIL, CNRS/CERLIS – UMR 8070

Discutant : Nicolas KACIAF, Sciences Po Lille/CERAPS – UMR 8026

Lieu : salle 319 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 16h.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur zoom via ce lien

Claire Sécail, Les meetings électoraux: Scènes et coulisses de la campagne présidentielle de 2017, Lille, Presses Universitaire du Septentrion, 2020.

Résumé : Outil incontournable du « faire campagne », le meeting électoral participe stratégiquement à la fabrique d’une stature présidentielle. En tant que dispositif, il fonctionne également comme un espace d’interactions et de socialisation entre les différentes instances réunies (candidat, entourage politique, publics militants, journalistes, techniciens…). Au-delà de la singularité du partage d’émotions propre à chaque rassemblement, les meetings électoraux obéissent à des phénomènes structurants et reposent en partie sur la reproduction ou la rupture avec des modèles préétablis et des logiques instituées (cultures politiques, stratégies de communication, écosystème médiatique, pratiques journalistiques…). À partir du cas de l’élection présidentielle française de 2017, cet ouvrage, basé sur une observation de terrain et l’exploitation de sources diverses (médias, archives de la CNCCFP…), analyse les formes et les fonctions des réunions électorales pour mettre en perspective leurs enjeux et leurs usages différenciés dans le cadre de l’élection majeure de notre système démocratique français.

Chercheuse CNRS au CERCLIS, Claire Sécail est docteure en histoire contemporaine (UVSQ). Ses recherches portent sur la médiatisation des violences politiques et criminelles ainsi que sur la médiatisation des campagnes électorales. Elle est co-secrétaire de rédaction de la revue d’histoire Le Temps des médias.

Séance 2 / vendredi 24 février 2023 : regard sur la censure

Invité.e.s : Abdelfettah Benchenna, (Paris 13, Labsic), Jérôme Berthaut (Université de Bourgogne Dijon, CIMEOS), Ivan Chupin (Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS), Dominique Marchetti (CNRS, CESSP) et Renata Mustafina (Sciences Po-CNRS, CERI)

Discutant.e.s : Maéna Berger, EHESS – CESSP (UMR 8209, CNRS) et Pierre Mayance , Université Paris 1 – CESSP (UMR 8209, CNRS).

Lieu : salle 311 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 10 h à 12 h.

La séance du mardi 7 février reportée du fait de la mobilisation contre le réforme des retraites se tient le 24 février.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur zoom via ce lien

Yauheni Kryzhanouski, Dominique Marchetti, Bella Ostromooukhova (dir.), L’invisibilisation de la censure. Les nouveaux modes de contrôle des productions culturelles (Bélarus, France, Maroc et Russie), Paris, Éditions d’Eur’Orbem, coll. Études et Travaux, 2020, 255 p, ISBN : 979-10-9698216-5

Disponible sur le compte HAL d’Eur’Orbem (UMR 8224)

Lien direct de téléchargement

Le pari du présent ouvrage est de croiser deux regards sur la censure afin de souligner la diversité des mécanismes de contrôle et de contrainte qui s’imposent à la production et la diffusion culturelles contemporaines – ce qui n’exclut bien évidemment pas une perspective historique -, tout en dégageant aussi des homologies dans leurs applications, les facteurs de leur émergence et les effets qu’ils produisent sur les acteurs comme les structures. Au-delà de la diversité des approches théoriques et des disciplines des auteurs, cet ouvrage fait également surgir à travers sa lecture une comparaison entre plusieurs espaces politico-géographiques : les situations dans l’espace post-soviétique (Biélorussie et Russie), qui sont fortement privilégiées ici, sont mises en relation avec les cas marocain et français pour les médias, mais aussi un autre exemple français à propos de la littérature jeunesse. Dans son histoire comparée sur la censure dans l’édition littéraire en France au XVIIIe siècle, en Inde coloniale au XIXe siècle et en RDA au XXe siècle, Robert Darnton a montré tout l’intérêt de cette approche comparative pour décrire les relations entre auteurs et censeurs. De même, plusieurs numéros de revue (Bruyère et Touillier-Feyerabend, 2006 ; Brun et Roussin, 2020) et livres collectifs (Billiani, 2014 ; Martin, 2016) en langue française ont donné à voir comme cet ouvrage les logiques de contrôle à l’œuvre dans des champs culturels nationaux très différenciés. Ces mécanismes sont ici également analysés dans plusieurs champs de production culturelle, et non pas seulement dans l’un d’entre eux ou au sein de leurs fractions les plus prestigieuses : l’édition littéraire pour la jeunesse et les adolescents, le journalisme, le théâtre et la musique. Les types de terrain et les niveaux d’analyse varient eux aussi : certaines contributions se penchent sur un cas précis, d’autres s’appuient sur la comparaison d’un nombre plus important de situations de censure. Enfin, en rupture avec des livres de synthèse ou des essais de réflexion qui ont bien évidemment leurs logiques et leurs intérêts scientifiques, cet ouvrage entend plutôt analyser ces phénomènes de contrôle des biens culturels à partir de travaux de terrain de longue durée, c’est-à-dire avec une approche résolument empirique.

Séance 3 / mardi 18 avril 2023 : regard sur la couverture journalistique du mouvement des gilets jaunes

Invitée : Jean-Marie Charon (CNRS/EHESS – CEMS), Arnaud Mercier (Université Paris 2 Assas – CARISM) et Brigitte Sebbah (Université Toulouse 3 – LERASS)

Discutant : Olivier Baisnée, (Sciences Po Toulouse LASSP)

Date : mardi 18 avril 2023, de 14h à 16h.

Lieu : salle 311 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris.

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur Zoom en cliquant ici.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

Cet ouvrage se propose d’explorer les modes de traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes et analyse ainsi les véritables débats et défis qui ont parcouru le journalisme à cette occasion. Les médias ont consacré l’énergie d’un nombre inédit de journalistes pour couvrir le plus long et massif des mouvements sociaux que la France a connu au XXIe siècle, celui des Gilets jaunes. Ce traitement médiatique a fait l’objet d’un vif débat que ce livre remet en perspective. 

Si cet ouvrage met au jour les représentations produites du mouvement, il va au-delà en interrogeant les problèmes spécifiques que les rédactions ont rencontrés. Les Gilets jaunes ont représenté un défi journalistique cassant les routines professionnelles et mettant en jeu leur capacité : à inscrire une médiatisation dans la longue durée ; à affronter une forte hostilité des protagonistes ; à identifier des « leaders » dans un mouvement qui n’en désigne pas ; à utiliser les réseaux sociaux comme sources ; à identifier un mouvement sociologiquement très hétérogène sans le trahir. 

Associant chercheurs, journalistes et étudiantes de l’Institut Français de Presse, cet ouvrage propose une analyse complète de ces défis.

AAC RT37 Congrès AFS 2023

Appel à communication pour les sessions du RT37 au Xe Congrès de l’AFS (Lyon, 4-7 juillet 2023) – « Intersections, circulation »

Lien pour soumettre une communication à l’appel

Télécharger l’appel à communication complet du RT37

Introduction

En s’insérant dans le thème général « Intersections, circulations » retenu pour le 10e congrès de l’Association française de sociologie, le RT 37 « Sociologie des médias » propose un appel à communications large qui permettra d’interroger dans une perspective sociologique la circulation des agents dans le champ journalistique et ses champs adventices. Par-là, il s’agit d’analyser les transformations à l’œuvre, en particulier dans les champs du savoir et du pouvoir.

L’appel est composé de six axes thématiques qui invitent à revenir sur les sociologies de groupes professionnels investis de manière concurrentielle dans la production des récits médiatiques en les restituant dans différents espaces, qu’ils soient physiques ou virtuels. Plus généralement, ces axes thématiques sont autant d’occasions d’étudier les logiques de légitimation de la profession journalistique et les tentatives de remise en cause du monopole instable dont les journalistes disposent dans la production de l’information.

L’ambition plus large de cet appel est de rappeler la place que tient la sociologie des médias au sein de la pensée sociologique et la façon dont elle s’insère dans des problématiques générales, au travers de concepts aujourd’hui largement diffusés tels que ceux de frontières, circulation (de l’information), savoir-faire, dépendance (aux sources), relations « associés rivaux ».

Axe 1 / Généralistes et spécialistes : circulations professionnelles

Les sous-champs spécialisés du journalisme ont régulièrement été perçus comme hermétiques les uns aux autres, souvent par le prisme de logiques internes à l’espace journalistique. L’ordre hiérarchique des spécialités journalistiques au sein des rédactions semble souvent immuable. Pour autant, certains événements peuvent brouiller les hiérarchies à l’intérieur des groupes. Le traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes, de la crise sanitaire, et plus récemment de l’urgence climatique, sont autant d’occasions de renégocier les frontières des sous-champs spécialisés dans les rédactions et au-delà, dans une tentative continue de réactualisation de la légitimité journalistique. On peut également observer des déplacements, des glissements ou des hybridations de spécialités, de genres et de techniques journalistiques. 

Cette thématique soulève des questionnements multiples : à quelles conditions et comment les logiques socioprofessionnelles transitent d’un sous-champ spécialisé à l’autre ? Comment ces déplacements se répercutent-ils sur les savoir-faire et les pratiques journalistiques, tout comme sur la répartition des capitaux, sur les trajectoires, les ressources et les dispositions des agents ? Comment se réagencent les perceptions des rôles et de placements des sous-champs spécialisés au regard des changements sociaux et des rapports renouvelés avec la société civile (éducation aux médias, résidences de journalistes, lieux tiers, etc.) ? Quels sont les degrés de formalisation de ces réagencements entre généralistes et spécialistes dans la refonte de la division du travail journalistique au sein des rédactions et, globalement, dans la (re)structuration de l’espace médiatique ?

Axe 2 / Journalistes et scientifiques : entre coopération et rivalité

L’objectif général de cet axe est de réfléchir à la porosité des frontières entre le champ journalistique et le champ scientifique. L’objectif est de s’intéresser aux conditions sociales et contextuelles de possibilité de la circulation des savoirs et des savoir-faire lors des moments de crise, qui intensifient le flou de la frontière entre profession journalistique et professions scientifiques. Ici, nous pensons notamment aux terrains de guerre ou à la couverture de pays géographiquement éloignés, des lieux où journalistes et chercheurs partagent les mêmes terrains et objets et où ils sont plus dépendants des informations de chacun. Les journalistes vont utiliser, plus que d’ordinaire, les universitaires comme source d’informations et inversement. Au-delà des terrains de guerre, les crises politiques et sanitaires peuvent également faire l’objet de propositions.

Un autre domaine à explorer porte sur l’émergence de nouveaux médias d’information se situant à l’intersection entre la production académique et la production journalistique (AOC, The Conversation, Le journal du CNRS). Cet axe pourra également inclure les communications portant sur les nouveaux supports (documentaires, bandes dessinées). Enfin, peuvent s’intégrer à cet axe les réflexions méthodologiques portant sur la recherche collaborative ou encore les analyses concernant le rapport aux enquêtés en sociologie du journalisme.

Axe 3 / La critique des médias aux marges du champ journalistique

Penser les intersections dans le champ journalistique permet également d’ouvrir d’autres questionnements aux marges du champ et notamment du côté des médias dits « alternatifs » et critiques des médias « mainstream ». Dans une perspective comparative de l’étude de la circulation de la critique des médias, les communications pourront interroger la structure d’espaces périphériques du champ à gauche, mais aussi à droite et à l’extrême droite. Les communications attendues pourront ainsi revenir sur les logiques du recrutement des journalistes ou de catégories de plus en marges (amateurs, freelances) qui peuplent les rédactions de ce type de médias tout en questionnant la structure même de ces rédactions, ainsi que les ressources dont elles disposent pour fidéliser du personnel et se stabiliser. 

Par ailleurs, les communications pourront apporter des éléments de réponses aux questions relatives aux intérêts professionnels et à l’illusio : quelles sont les logiques de politisation de la critique des médias ?  Dans quels contextes et espaces (sociaux, militants, médiatiques) se déploient des médias dits « critiques » ? Ces communications croisées permettront d’enrichir les connaissances sur la structure contemporaine du champ journalistique et permettront d’actualiser sa cartographie.

Axe 4 / Circulation des modèles journalistiques nationaux et transnationaux

Cet axe s’intéresse en premier lieu à la circulation internationale des modèles de journalisme et des rôles professionnels, ainsi qu’aux enjeux d’effacement des frontières. Une attention particulière sera accordée aux travaux portant sur les importations de modèles dans le cadre de politique d’occupation étrangère (par exemple un modèle américain en Allemagne, en Corée ou au Japon) ou encore lors de rachats de titres par des groupes étrangers. Les recherches sur l’aide aux médias entrent également dans cette réflexion portant sur le développement, ou non, de modèles internationaux ou régionaux, de journalisme. Pourra aussi être intégré un autre aspect concernant les formes solidaires de circulation internationale, telles que des modèles comme le Consortium International des Journalistes d’Investigation (CIJI).

Dans un deuxième temps, les propositions attendues dans cet axe pourront porter sur les conséquences professionnelles du poids des frontières physiques, interétatiques, pour les acteurs dans des espaces internationalisés. Nous pensons par exemple aux travaux sur la notion « d’associés rivaux » entre correspondants étrangers et journalistes locaux, sur l’utilisation de la presse locale par les correspondants étrangers.

Axe 5 / Regard sur les espaces de circulation du journalisme

Cet axe entend proposer des analyses par les lieux, des territoires comme autant de contexte de déploiement d’une circulation des savoirs et des savoir-faire journalistiques. Nous nous intéresserons aux lieux avec une perspective large tant physiques (les salles de rédaction, les points presse, les conférences, les meetings, les résidences d’écriture…) que virtuels (les espaces en ligne en incluant donc les réseaux sociaux). 

Entrer par ces espaces permet de poser plusieurs questions concernant les hiérarchies professionnelles et leur reproduction, actualisation dans les interactions dans ces lieux. Qui a accès à ces espaces et comment cet accès est-il négocié et contrôlé ? Quelles sont les interactions entre des groupes aux intérêts et aux objectifs parfois divergents (journalistes, communicants, militants, politiques, administratifs, etc.) ? Observe-t-on une « politique aux chemins courts » ou au contraire une séparation importante ? Si proximité il y a, comment se jouent les différenciations et le maintien de périmètres ou de juridiction ? Comment s’objective la légitimité professionnelle (auprès des pairs ou du grand public) ?

Axe 6 / Représentations et représentativité dans les médias

Cet axe propose de revenir sur des questions centrales telles que la prise de parole dans les médias et la sélection des sujets traités, en prenant en compte les rapports sociaux de classe, de genre et de race. De multiples travaux ont porté sur le thème des représentations dans les médias, tant du point de vue des classes sociales et du genre, que du côté des journalistes eux-mêmes. Depuis presque 20 ans, les questions de diversité ont eu de nombreuses traductions, notamment en matière de politiques dans le métier (politiques d’égalité des chances, classes préparatoires spécialisées). Les communications pourront en ce sens porter sur les « effets » de ces politiques dans les écoles et lieux de formation journalistiques. L’ouverture « sociale » promise s’est-elle réalisée ? Cela restructure-t-il les manières de travailler dans les rédactions ? Les journalistes aux profils dissonants avec le reste du pôle dominant de la profession proposent-ils des cadrages spécifiques ?

En parallèle, l’espace médiatique contemporain a été le lieu de luttes autour des questions de genre, et de l’intersectionnalité. On peut penser au développement de groupes aux idées concurrentes sur ces questions, ainsi qu’à l’importance prise par le mouvement #Metoo et les cadrages épisodiques sur les violences faites aux femmes. De même, on peut d’une certaine manière questionner un retour en grâce des classes sociales, mais peut-être davantage sous le prisme de représentations spécifiques toujours stéréotypées (« jeunes de banlieues », gilets jaunes, périurbains, etc.) ou de certaines professions (reportage sur le travail des forces de l’ordre). De quelle manière sont traités ces sujets ? Comment et par qui ces groupes sont-ils représentés ? Sont-ils encore assignés à certaines représentations ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication (environ 5 000 signes, espaces compris) devront comporter :

– une présentation de la thématique proposée, de son lien avec la problématique sociologique de l’appel à communication, et de l’axe auquel elle se rapporte ;

– une présentation du terrain et de la démarche empirique mise en œuvre ainsi que du cadre théorique d’analyse mobilisé ;

– quelques références bibliographiques.

Elles devront être déposées sur le site Web de l’AFS (http://afs-socio.fr/rt/rt37/) au plus tard le 31 janvier 2023., prolongation de l’appel au 19 février 2023 !

Lien pour soumettre une communication à l’appel

Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en double aveugle par les membres du comité scientifique. Les auteurs seront notifiés des résultats de la sélection des propositions au cours du mois de mars. Des conseils pourront alors leur être transmis quant à l’intégration de leur communication dans la problématique des sessions.

Pour les propositions retenues, des textes définitifs de 45 000 signes, espaces compris, seront attendus en juin.

Comité d’organisation :

M. Berger, C. Castellvi, S. Dahani & P. Mayance

Télécharger l’appel à communication complet du RT37

@  rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com

Site : https://afs-socio.fr/rt/rt37/ 

Carnet hypothèses : https://sociomedias.hypotheses.org/

Twitter : @RT37afs

Groupe Facebook : Sociologie des médias RT37-AFS Public Group

Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2021-22 du RT – 37 “Sociologie des médias”de l’AFS

Cette année, le RT37 Sociologie des médias de l’Association française de Sociologie met en place un séminaire qui porte sur les actualités de la sociologie des médias.

Comité d’organisation :
M. Berger , Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP
C. Castellvi, Université Paris Cité/CRCAO
S. Dahani, IEP de Toulouse/LaSSP
P. Mayance, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP

Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com

Programme

Le séminaire peut être suivi à distance, via Zoom.

Toutes les séances se tiennent a priori au site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 17h à l’exception de la séance 3 qui sera organisée à l’ULIP.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

5 avril 2022 – Séance 1 : A la croisée des champs journalistiques Allemagne / Japon

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 159 de 14h00 à 17h00

Invité : César Castellvi et Nicolas Hubé, discussion croisée des auteurs de leurs ouvrages :

Castellvi, César, Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon, Paris, CNRS Éditions, 2022

Résumé : À l’heure où la transition numérique paraît achevée dans les pays occidentaux (baisse des tirages, digitalisation, concurrence des médias gratuits en ligne), la presse japonaise affiche une santé à faire pâlir ses homologues de jalousie. Les quotidiens au plus fort tirage dans le monde, le Yomiuri Shinbun (autour de 8 millions d’exemplaires par jour) et l’Asahi Shinbun (6 millions), sont tous deux édités dans l’archipel. Longtemps perçu comme le pays de la modernité électronique et informatique, le Japon paraît présenter dans ce domaine une capacité de résistance inattendue aux nouvelles technologies.

À cette singularité s’en ajoute une autre : on n’y trouve ni école de journalisme, ni association ou syndicat représentatif de la profession. Autrement dit, la résilience de la presse se double d’une sous-institutionnalisation du métier de journaliste.

Pour éclairer ce paradoxe, César Castellvi s’est immergé pendant plusieurs années dans la rédaction d’un des plus grands journaux du pays. Il s’attache à mettre en lumière le fonctionnement d’un modèle singulier et néanmoins typique de l’organisation du travail au sein du capitalisme nippon du XXe siècle. Un modèle aujourd’hui bousculé par une crise des vocations, une nette féminisation du métier et la fin de l’anonymat des journalistes, sur fond d’érosion des tirages. Le dernier empire de la presse serait-il, à son tour, en train de s’éteindre ?

César Castellvi, Université Paris Cité, CRCAO (UMR 8155, CNRS)

Hubé Nicolas, La politique des chemins courts. Un siècle de relations entre journalistes et communicants gouvernementaux en Allemagne (1918-2018), Vulaines-Sur-Seine, Éd. du Croquant, (à paraître)

Résumé : La « politiques des chemins courts ». C’est par ces mots que le Président de l’Association des journalistes parlementaires (la Bundespressekonferenz) désigne en 1978 la nature des échanges entre les journalistes et le personnel politique dans la Capitale fédérale. Cette métaphore donne sens à la naturalisation de la lente construction institutionnelle reconnue par les différents acteurs de l’espace politique fédéral (journalistes, responsables politiques, porte-parole, hauts-fonctionnaires). Le tour de force symbolique de la Bundespressekonferenz en 1949 est d’avoir su construire un monopole corporatiste de gestion des relations presse-politique en regard d’un appareil d’Etat du porte-parolat gouvernemental. La proposition suivie dans cet ouvrage est de la mise en visibilité médiatique du politique, à la croisée entre sociologie compréhensive du travail journalistique et sociologie politique du pouvoir fédéral allemand, que nous observons dans le temps long depuis 1918.

Nicolas Hubé, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations (CREM), chercheur associé au CESSP (UMR 8209, CNRS)

4 mai 2022 – Séance 2 : Les dirigeants des médias

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311 de 14h00 à 16h00

Invitée : Julie Sedel, Université de Strasbourg/SAGE

Discutant : Ivan Chupin, Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Sedel Julie, Dirigeants de médias. Sociologie d’un groupe patronal, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021

Ouvrage en “accès ouvert” (consultable en ligne, sans téléchargement) sur la plateforme OpenEdition Books. Lien

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 146800-172x245-1.jpg.

Résumé : Qu’est-ce qu’un dirigeant de médias ? Comment sont définies les frontières du groupe ? Alors que la sociologie française a produit une littérature féconde sur les élites économiques, politiques, étatiques, intellectuelles et artistiques, le patronat de presse est resté à l’écart des terrains d’enquête. Cette situation tranche avec l’abondante littérature anglo-saxonne sur le personnel de direction des médias d’information. Résultat : dans les discours journalistiques et militants, le registre de l’autocélébration médiatique et son pendant symétrique, la dénonciation, alimentent le mythe du dirigeant de média tout puissant. L’objectif de cet ouvrage est de rompre avec ce sens commun en prenant pour objet d’analyse ce groupe professionnel. Il entend dépasser la personnification et l’anecdote pour dégager des logiques internes et externes, éclairer les différentes facettes de cette population, mettre en évidence les rouages de leur sélection. Comment se fabrique un dirigeant de média national, en France ? Au terme de quel processus ? Quels sont les ressources et les capitaux qui sont valorisés ? Quels rapports de force entre segments de l’élite révèlent-ils ?

31 mai 2022 – Séance 3 : Relations publiques et environnement

Exceptionnel : Séance à l’ULIP (University of London Institute in Paris), 11 Rue de Constantine, 75007 Paris, en présentiel uniquement.

Invitée : Melissa Aronczyk, Associate Professor of Media Studies in the School of Communication & Information at Rutgers University, pour Aronczyk Melissa and Espinoza Maria I, A strategic nature: public relations and the politics of American environmentalism, New York, Oxford University Press, 2022

Discutant : Pierre Mayance, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP

Lien d’inscription : https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organisateur : Institut de l’Université de Londres à Paris
Adresse : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Dates de l’événement : 31 mai 2022 , 18h30 – 20h00 CEST

Mélissa Aronczyk présentera son dernier livre coécrit avec Maria I. Espinoza et intitulé A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

Dans leur livre, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza examinent les relations publiques comme une force sociale et politique qui façonne à la fois notre compréhension des crises environnementales auxquelles nous sommes confrontés et nos réponses à ces crises. S’appuyant sur des entretiens approfondis, des observations ethnographiques et des analyses d’archives, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza documentent l’évolution des techniques de relations publiques visant à contrôler la perception de l’environnement par le public depuis le début du vingtième siècle. Plus que la manipulation ou la désinformation, les relations publiques influencent la façon dont les institutions et les individus conceptualisent les problèmes environnementaux – de la conservation à l’exploitation du charbon en passant par les crédits carbone. Révélant les liens entre les stratèges professionnels, les politiques d’information et les normes environnementales, A Strategic Nature montre comment les relations publiques limitent les voies alternatives vers un avenir climatique durable.

La présentation du livre sera faite en anglais et suivie d’une discussion avec le public (en anglais et en français).

Vous pouvez acheter le livre sur le site de Oxford University Press

13 juin 2022 – Séance 4 : Le capital médiatique en débat 

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 319 de 14h00 à 16h00

Invités : Clément Desrumaux, Université de Lyon II/Triangle et Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/LaSSP

Discutant : Géraud Lafarge, Université Rennes 1 – IUT de Lannion, CENS

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Pour les personnes qui souhaitent y assister en présentiel, merci de nous contacter à l’avance à l’adresse : rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com 

Clément Desrumaux, Jérémie Nollet, (dir.), Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique, Rennes, 2021

Ouvrage en “accès ouvert” (consultable en ligne, sans téléchargement) sur la plateforme OpenEdition Books. Lien

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 144547-172x245-1.jpg.

Résumé : Peut-on réussir en politique grâce aux « médias » ? C’est souvent de cette manière que les professionnels de la politique, les journalistes ou les citoyens appréhendent l’usage politique des médias. Cette formulation fait pourtant obstacle à l’explication des processus sociaux à l’œuvre dans la médiatisation de la politique. Afin de montrer comment la médiatisation peut être agissante en politique, cet ouvrage met à l’épreuve le concept de « capital médiatique », une forme de capital symbolique tiré de la médiatisation. Les contributions examinent les opérations d’accumulation, d’appropriation, de légitimation, de conversion ou de rentabilisation de ce capital, à partir d’études de cas (Louise Michel, José Bové, Emmanuel Macron ou les parlementaires).

L’ouvrage n’est pas seulement une étude de la médiatisation du politique : c’est aussi une contribution à la sociologie du champ politique et des ressources qui y prévalent. Il analyse le travail des agents politiques en lien avec tout ou partie du champ journalistique, et plus largement dans un espace médiatique profondément transformé par le numérique. Il conclut à l’inégale rentabilité du capital médiatique selon la position dans le champ politique.

Les réflexions engagées invitent à réfléchir, par analogie, à d’autres espaces pour lesquels la reconnaissance médiatique est un enjeu stratégique et semble être une ressource valorisée.

23 juin 2022 – Séance 5 : Genre et journalisme 

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h00 à 16h00 , salle 124

Invitées : B. Damian-Gaillard, IUT de Lannion/ARENES, S. Montañola, Université de Rennes 1/ARENES et E. Saitta, IUT de Rennes/ARENES

Discutantes : Evelia Mayenga, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP et Claire Ruffio, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Pour les personnes qui souhaitent y assister en présentiel, merci de nous contacter à l’avance à l’adresse : rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com 

B. Damian-Gaillard, S. Montañola, E. Saitta, Genre et journalisme : des salles de rédaction aux discours médiatiques, Louvain-La-Neuve, Deboek, 2021.

Résumé : La première synthèse en français sur la question du genre dans le milieu des médias, qui analyse les inégalités et les discriminations à l’œuvre dans le secteur. Une lutte devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse.

Depuis le début des années 2000, les débats sur l’égalité professionnelle et la place des femmes dans les médias se multiplient, notamment au moment du mouvement #metoo et des révélations de harcèlement et de violences sexuelles.

Alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses dans la profession, les inégalités se manifestent
– dans la distribution des fonctions et la définition des postes de travail ;
– dans les discussions et les activités hors-temps de travail ;
– dans les représentations médiatiques.

Face à ces discriminations, des journalistes femmes s’organisent individuellement ou collectivement. Cette lutte est devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse, les premiers légiférant, les secondes développant des politiques de « diversité ». Ce manuel analyse les mécanismes de discriminations à l’œuvre dans le journalisme et fait la synthèse des travaux récents.

Vous pouvez acheter le livre sur le site DeBoeck Supérieur

[Activités du RT – Conférence] A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (31 mai 2022, 18h30-20h)

Lien d’inscription : https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organisateur : Institut de l’Université de Londres à Paris
Adresse : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Dates de l’événement : 31 mai 2022 , 18h30 – 20h00 CEST

En partenariat avec l’Association Française de Sociologie (RT 37 : Sociologie des Médias), nous avons le plaisir d’accueillir Melissa Aronczyk, professeur associé d’études des médias à l’Université Rutgers.

Mélissa Aronczyk présentera son dernier livre coécrit avec Maria I. Espinoza et intitulé A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

Dans leur livre, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza examinent les relations publiques comme une force sociale et politique qui façonne à la fois notre compréhension des crises environnementales auxquelles nous sommes confrontés et nos réponses à ces crises. S’appuyant sur des entretiens approfondis, des observations ethnographiques et des analyses d’archives, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza documentent l’évolution des techniques de relations publiques visant à contrôler la perception de l’environnement par le public depuis le début du vingtième siècle. Plus que la manipulation ou la désinformation, les relations publiques influencent la façon dont les institutions et les individus conceptualisent les problèmes environnementaux – de la conservation à l’exploitation du charbon en passant par les crédits carbone. Révélant les liens entre les stratèges professionnels, les politiques d’information et les normes environnementales, A Strategic Nature montre comment les relations publiques limitent les voies alternatives vers un avenir climatique durable.

La présentation du livre sera faite en anglais et suivie d’une discussion avec le public (en anglais et en français).

Vous pouvez acheter le livre sur le site de Oxford University Press

English

Registration URL https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organiser : University of London Institute in Paris
Address : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Event dates : 31 May 2022 , 6:30pm – 8:00pm CEST

In partnership with the Association Française de Sociologie (RT 37: Sociologie des Médias) we are delighted to welcome Melissa Aronczyk, Associate Professor of Media Studies at Rutgers University.

Professor Aronczyk will present her latest co-authored book with Maria I. Espinoza entitled A Strategic Nature: Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

In A Strategic Nature , Melissa Aronczyk and Maria I. Espinoza examine public relations as a social and political force that shapes both our understanding of the environmental crises we now face and our responses to them. Drawing on in-depth interviews, ethnography, and archival research, Aronczyk and Espinoza document the evolution of PR techniques to control public perception of the environment since the beginning of the twentieth century. More than spin or misinformation, PR affects how institutions and individuals conceptualise environmental problems — from conservation to coal mining to carbon credits. Revealing the linkages of professional strategists, information politics, and environmental standards, A Strategic Nature shows how public relations restricts alternative paths to a sustainable climate future.

Please note that the book presentation will be delivered in English and followed by a discussion with the audience (in English and French).

You can purchase the book on the Oxford University Press website