Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2021-22 du RT – 37 “Sociologie des médias”de l’AFS

Cette année, le RT37 Sociologie des médias de l’Association française de Sociologie met en place un séminaire qui porte sur les actualités de la sociologie des médias.

Comité d’organisation :
M. Berger , Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP
C. Castellvi, Université Paris Cité/CRCAO
S. Dahani, IEP de Toulouse/LaSSP
P. Mayance, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP

Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com

Programme

Le séminaire peut être suivi à distance, via Zoom.

Toutes les séances se tiennent a priori au site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 17h à l’exception de la séance 3 qui sera organisée à l’ULIP.

Pour les personnes souhaitant assister en présentiel aux séances, merci de nous contacter pour nous prévenir de votre venue (Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com)

5 avril 2022 – Séance 1 : A la croisée des champs journalistiques Allemagne / Japon

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 159 de 14h00 à 17h00

Invité : César Castellvi et Nicolas Hubé, discussion croisée des auteurs de leurs ouvrages :

Castellvi, César, Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon, Paris, CNRS Éditions, 2022

Résumé : À l’heure où la transition numérique paraît achevée dans les pays occidentaux (baisse des tirages, digitalisation, concurrence des médias gratuits en ligne), la presse japonaise affiche une santé à faire pâlir ses homologues de jalousie. Les quotidiens au plus fort tirage dans le monde, le Yomiuri Shinbun (autour de 8 millions d’exemplaires par jour) et l’Asahi Shinbun (6 millions), sont tous deux édités dans l’archipel. Longtemps perçu comme le pays de la modernité électronique et informatique, le Japon paraît présenter dans ce domaine une capacité de résistance inattendue aux nouvelles technologies.

À cette singularité s’en ajoute une autre : on n’y trouve ni école de journalisme, ni association ou syndicat représentatif de la profession. Autrement dit, la résilience de la presse se double d’une sous-institutionnalisation du métier de journaliste.

Pour éclairer ce paradoxe, César Castellvi s’est immergé pendant plusieurs années dans la rédaction d’un des plus grands journaux du pays. Il s’attache à mettre en lumière le fonctionnement d’un modèle singulier et néanmoins typique de l’organisation du travail au sein du capitalisme nippon du XXe siècle. Un modèle aujourd’hui bousculé par une crise des vocations, une nette féminisation du métier et la fin de l’anonymat des journalistes, sur fond d’érosion des tirages. Le dernier empire de la presse serait-il, à son tour, en train de s’éteindre ?

César Castellvi, Université Paris Cité, CRCAO (UMR 8155, CNRS)

Hubé Nicolas, La politique des chemins courts. Un siècle de relations entre journalistes et communicants gouvernementaux en Allemagne (1918-2018), Vulaines-Sur-Seine, Éd. du Croquant, (à paraître)

Résumé : La « politiques des chemins courts ». C’est par ces mots que le Président de l’Association des journalistes parlementaires (la Bundespressekonferenz) désigne en 1978 la nature des échanges entre les journalistes et le personnel politique dans la Capitale fédérale. Cette métaphore donne sens à la naturalisation de la lente construction institutionnelle reconnue par les différents acteurs de l’espace politique fédéral (journalistes, responsables politiques, porte-parole, hauts-fonctionnaires). Le tour de force symbolique de la Bundespressekonferenz en 1949 est d’avoir su construire un monopole corporatiste de gestion des relations presse-politique en regard d’un appareil d’Etat du porte-parolat gouvernemental. La proposition suivie dans cet ouvrage est de la mise en visibilité médiatique du politique, à la croisée entre sociologie compréhensive du travail journalistique et sociologie politique du pouvoir fédéral allemand, que nous observons dans le temps long depuis 1918.

Nicolas Hubé, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations (CREM), chercheur associé au CESSP (UMR 8209, CNRS)

4 mai 2022 – Séance 2 : Les dirigeants des médias

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311 de 14h00 à 16h00

Invitée : Julie Sedel, Université de Strasbourg/SAGE

Discutant : Ivan Chupin, Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Sedel Julie, Dirigeants de médias. Sociologie d’un groupe patronal, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021

Ouvrage en “accès ouvert” (consultable en ligne, sans téléchargement) sur la plateforme OpenEdition Books. Lien

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 146800-172x245-1.jpg.

Résumé : Qu’est-ce qu’un dirigeant de médias ? Comment sont définies les frontières du groupe ? Alors que la sociologie française a produit une littérature féconde sur les élites économiques, politiques, étatiques, intellectuelles et artistiques, le patronat de presse est resté à l’écart des terrains d’enquête. Cette situation tranche avec l’abondante littérature anglo-saxonne sur le personnel de direction des médias d’information. Résultat : dans les discours journalistiques et militants, le registre de l’autocélébration médiatique et son pendant symétrique, la dénonciation, alimentent le mythe du dirigeant de média tout puissant. L’objectif de cet ouvrage est de rompre avec ce sens commun en prenant pour objet d’analyse ce groupe professionnel. Il entend dépasser la personnification et l’anecdote pour dégager des logiques internes et externes, éclairer les différentes facettes de cette population, mettre en évidence les rouages de leur sélection. Comment se fabrique un dirigeant de média national, en France ? Au terme de quel processus ? Quels sont les ressources et les capitaux qui sont valorisés ? Quels rapports de force entre segments de l’élite révèlent-ils ?

31 mai 2022 – Séance 3 : Médiatisation et climat

Exceptionnel : Séance à l’ULIP (University of London Institute in Paris), 11 Rue de Constantine, 75007 Paris, en présentiel uniquement.

Invitée : Melissa Aronczyk, Associate Professor of Media Studies in the School of Communication & Information at Rutgers University, pour Aronczyk Melissa and Espinoza Maria I, A strategic nature: public relations and the politics of American environmentalism, New York, Oxford University Press, 2022

Discutant : Pierre Mayance, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP

Lien d’inscription : https://www.eventbrite.com/e/332628329287
Organisateur : Institut de l’Université de Londres à Paris
Adresse : 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris 
Dates de l’événement : 31 mai 2022 , 18h30 – 20h00 CEST

Mélissa Aronczyk présentera son dernier livre coécrit avec Maria I. Espinoza et intitulé A Strategic Nature : Public Relations and the Politics of American Environmentalism (OUP, 2021). 

Dans leur livre, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza examinent les relations publiques comme une force sociale et politique qui façonne à la fois notre compréhension des crises environnementales auxquelles nous sommes confrontés et nos réponses à ces crises. S’appuyant sur des entretiens approfondis, des observations ethnographiques et des analyses d’archives, Melissa Aronczyk et Maria I. Espinoza documentent l’évolution des techniques de relations publiques visant à contrôler la perception de l’environnement par le public depuis le début du vingtième siècle. Plus que la manipulation ou la désinformation, les relations publiques influencent la façon dont les institutions et les individus conceptualisent les problèmes environnementaux – de la conservation à l’exploitation du charbon en passant par les crédits carbone. Révélant les liens entre les stratèges professionnels, les politiques d’information et les normes environnementales, A Strategic Nature montre comment les relations publiques limitent les voies alternatives vers un avenir climatique durable.

La présentation du livre sera faite en anglais et suivie d’une discussion avec le public (en anglais et en français).

Vous pouvez acheter le livre sur le site de Oxford University Press

13 juin 2022 – Séance 4 : Le capital médiatique en débat 

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 319 de 14h00 à 16h00

Invités : Clément Desrumaux, Université de Lyon II/Triangle et Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/LaSSP

Discutant : Géraud Lafarge, Université Rennes 1 – IUT de Lannion, CENS

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Pour les personnes qui souhaitent y assister en présentiel, merci de nous contacter à l’avance à l’adresse : rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com 

Clément Desrumaux, Jérémie Nollet, (dir.), Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique, Rennes, 2021

Ouvrage en “accès ouvert” (consultable en ligne, sans téléchargement) sur la plateforme OpenEdition Books. Lien

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 144547-172x245-1.jpg.

Résumé : Peut-on réussir en politique grâce aux « médias » ? C’est souvent de cette manière que les professionnels de la politique, les journalistes ou les citoyens appréhendent l’usage politique des médias. Cette formulation fait pourtant obstacle à l’explication des processus sociaux à l’œuvre dans la médiatisation de la politique. Afin de montrer comment la médiatisation peut être agissante en politique, cet ouvrage met à l’épreuve le concept de « capital médiatique », une forme de capital symbolique tiré de la médiatisation. Les contributions examinent les opérations d’accumulation, d’appropriation, de légitimation, de conversion ou de rentabilisation de ce capital, à partir d’études de cas (Louise Michel, José Bové, Emmanuel Macron ou les parlementaires).

L’ouvrage n’est pas seulement une étude de la médiatisation du politique : c’est aussi une contribution à la sociologie du champ politique et des ressources qui y prévalent. Il analyse le travail des agents politiques en lien avec tout ou partie du champ journalistique, et plus largement dans un espace médiatique profondément transformé par le numérique. Il conclut à l’inégale rentabilité du capital médiatique selon la position dans le champ politique.

Les réflexions engagées invitent à réfléchir, par analogie, à d’autres espaces pour lesquels la reconnaissance médiatique est un enjeu stratégique et semble être une ressource valorisée.

23 juin 2022 – Séance 5 : Genre et journalisme 

Séance sur le Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h00 à 16h00 , salle 124

Invitées : B. Damian-Gaillard, IUT de Lannion/ARENES, S. Montañola, Université de Rennes 1/ARENES et E. Saitta, IUT de Rennes/ARENES

Discutantes : Evelia Mayenga, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP et Claire Ruffio, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESSP

Séminaire au format hybride, lien zoom pour suivre à distance : Cliquez ici et inscrivez vous

Pour les personnes qui souhaitent y assister en présentiel, merci de nous contacter à l’avance à l’adresse : rt37afs.sociologiedesmedias@gmail.com 

B. Damian-Gaillard, S. Montañola, E. Saitta, Genre et journalisme : des salles de rédaction aux discours médiatiques, Louvain-La-Neuve, Deboek, 2021.

Résumé : La première synthèse en français sur la question du genre dans le milieu des médias, qui analyse les inégalités et les discriminations à l’œuvre dans le secteur. Une lutte devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse.

Depuis le début des années 2000, les débats sur l’égalité professionnelle et la place des femmes dans les médias se multiplient, notamment au moment du mouvement #metoo et des révélations de harcèlement et de violences sexuelles.

Alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses dans la profession, les inégalités se manifestent
– dans la distribution des fonctions et la définition des postes de travail ;
– dans les discussions et les activités hors-temps de travail ;
– dans les représentations médiatiques.

Face à ces discriminations, des journalistes femmes s’organisent individuellement ou collectivement. Cette lutte est devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse, les premiers légiférant, les secondes développant des politiques de « diversité ». Ce manuel analyse les mécanismes de discriminations à l’œuvre dans le journalisme et fait la synthèse des travaux récents.

Vous pouvez acheter le livre sur le site DeBoeck Supérieur