L’analyse dispositionnelle des pratiques professionnelles dans les médias

Séminaire du RT37 “Sociologie des médias” (Paris, 14 mai 2019)

L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à l’intérêt de la notion de “disposition” pour analyser le travail des professionnels des médias et d’engager le RT37 dans un programme de recherche collectif pour la prochaine période inter-congrès (2019-2021).

Nous avons le plaisir d’accueillir David Pichonnaz (HES-SO Valais-Wallis, Suisse) et Kevin Toffel (HESAV // HES-SO, Lausanne, Suisse), sociologues des groupes professionnels et du travail, coordinateurs du numéro 25 de la revue Emulations intitulé “Des dispositions au travail. L’origine sociale des pratiques professionnelles” (2018). La discussion estanimée par Safia Dahani (doctorante au Lassp, Sciences Po Toulouse) et Benjamin Ferron (MCF à l’UPEC-Céditec).

A rebours des approches déterministes (et de sens commun) de la pratique qui ancrent les dispositions dans la biologie ou la génétique, et d’approche sociologiques exclusivement intentionnalistes et interactionnistes qui tendent à les évacuer de l’analyse, l’approche en termes de dispositions invite, comme le remarquent nos invités, à “ne pas séparer l’étude du travail de l’ancrage social des agents”.

Quels enseignements les sociologues des médias et du journalisme peuvent-ils tirer des recherches menées dans cette perspective sur d’autres groupes professionnels ? Quels éclairages une sociologie dispositionnaliste du travail peut-elle trouver dans les travaux menés en sociologie des médias et du journalisme ?

Télécharger le compte-rendu complet du séminaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.