Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2023-24 du RT–37

Le RT37 Sociologie des médias de l’Association française de Sociologie organise un séminaire qui porte sur les actualités de la sociologie des médias.

Les informations relatives au séminaire 2023-24 seront mises à jour progressivement.

Le séminaire peut être suivi à distance, via Zoom. Il sera aussi parfois au format hybride.

Comité d’organisation :
M. Berger , Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP 
C. Castellvi, Université Paris Cité/CRCAO
A. Magat, Sciences Po Grenoble/PACTE
P. Mayance, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP
F. Naït-Bouda, Université Côte d’Azur/SIC.Lab

Contact : rt37afs.sociologiedesmedias[at]gmail.com

Programme 2023-24

Séance 1 / mardi 21 novembre 2023 : Le mythe professionnel journalistique à l’épreuve des faits – avec le LASSP

Invitée : Sandra Vera-Zambrano, Universidad Iberoamericana, Mexico City

Lieu : salle MD 404 de Sciences Po Toulouse (bâtiment D- étage 4), Toulouse de 10h00 à 12h00.

Cette première séance à Toulouse se tient en collaboration avec L’Axe 2 du LaSSP Sciences Po Toulouse.

Pour celles et ceux qui ne pourraient être présentes, une visioconférence sera disponible : https://ut-capitole-fr.zoom.us/j/95692251575

Powers Matthew et Vera Zambrano Sandra, The journalist’s predicament: difficult choices in a declining profession, New York, Columbia University Press, 2023.

Summary:
Low pay. Uncertain work prospects. Diminished prestige. Why would anyone still want be a journalist? Drawing on in-depth interviews in France and the United States, Matthew Powers and Sandra Vera-Zambrano explore the ways individuals come to believe that journalism is a worthy pursuit—and how that conviction is managed and sometimes dissolves amid the profession’s ongoing upheavals.

For many people, journalism represents a job that is interesting and substantial, with opportunities for expression, a sense of self-fulfillment, and a connection to broader social values. By distilling complex ideas, holding the powerful to account, and revealing hidden realities, journalists play a crucial role in helping audiences make sense of the world. Experiences in the profession, though, are often far more disappointing. Many find themselves doing tasks that bear little relation to what attracted them initially or are frustrated by institutions privileging what sells over what informs. The imbalance between the profession’s economic woes and its social importance threatens to erode individuals’ beliefs that journalism remains a worthwhile pursuit. Powers and Vera-Zambrano emphasize that, as with many seemingly individual choices, social factors—class, gender, education, and race—shape how journalists make sense of their profession and whether or not they remain in it.

An in-depth story of one profession under pressure, The Journalist’s Predicament uncovers tensions that also confront other socially important jobs like teaching, nursing, and caretaking.*

Matthew Powers is an associate professor in the Department of Communication at the University of Washington in Seattle, where he codirects the Center for Journalism, Media, and Democracy. His books include NGOs as Newsmakers: The Changing Landscape of International News (Columbia, 2018).

Sandra Vera-Zambrano is a member of the National Research System and coordinates both the PhD program in communication and La Revista Iberoamericana at Universidad Iberoamericana, Mexico City.

*Faible rémunération. Perspectives d’emploi incertaines. Un prestige amoindri. Pourquoi quelqu’un voudrait-il encore être journaliste ? S’appuyant sur des entretiens approfondis en France et aux États-Unis, Matthew Powers et Sandra Vera-Zambrano explorent la manière dont les individus en viennent à croire que le journalisme est une activité digne d’intérêt – et comment cette conviction est gérée et parfois dissoute dans le contexte des bouleversements que connaît la profession.

Pour de nombreuses personnes, le journalisme représente un travail intéressant et substantiel, offrant des possibilités d’expression, un sentiment d’accomplissement personnel et un lien avec des valeurs sociales plus larges. En distillant des idées complexes, en demandant des comptes aux puissants et en révélant des réalités cachées, les journalistes jouent un rôle crucial en aidant le public à donner un sens au monde. Cependant, les expériences vécues dans la profession sont souvent beaucoup plus décevantes. Nombreux sont ceux qui se retrouvent à effectuer des tâches qui n’ont que peu de rapport avec ce qui les a attirés au départ ou qui sont frustrés par les institutions qui privilégient ce qui se vend au détriment de ce qui informe. Le déséquilibre entre les difficultés économiques de la profession et son importance sociale menace d’éroder la conviction des individus que le journalisme reste une activité digne d’intérêt. Powers et Vera-Zambrano soulignent que, comme pour de nombreux choix apparemment individuels, les facteurs sociaux – classe, sexe, éducation et race – déterminent la manière dont les journalistes donnent un sens à leur profession et décident de la conserver ou non.

Histoire approfondie d’une profession sous pression, The Journalist’s Predicament met à jour des tensions qui touchent également d’autres professions socialement importantes comme l’enseignement, les soins infirmiers et la garde d’enfants.

Séance 2 / Lundi 11 décembre 2023

Invité : Rémy Rieffel, Université Paris-Panthéon-Assas/CARISM

Discutant : Laurent Martin, Sorbonne Nouvelle/ICEE

Lieu : salle 159 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 16h.

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur zoom via ce lien : https://u-paris.zoom.us/meeting/register/tZIlc-itrjktGNzijQQZTdYOIa1etpBJSPkx

Rieffel Rémy, L’emprise médiatique sur le débat d’idées: trente années de vie intellectuelle (1989-2019), 1re édition., Paris, PUF, 2022, 413 p.

Résumé :

Quelles modifications se sont produites au cours de ces trente dernières années dans la production et la circulation des idées en France ? Où se joue dorénavant la valeur publique des idées ? Se pencher conjointement sur la transformation des modalités du débat d’idées et sur les mutations en cours du monde médiatique permet d’y répondre.



Au sein du monde intellectuel, le poids croissant de la logique économique et promotionnelle, le contexte politique et idéologique, les nouvelles relations entre acteurs en présence (universitaires, chercheurs, écrivains, artistes, éditeurs, journalistes) et l’essor des médias numériques ont changé les formes de reconnaissance et de visibilité. Au sein du monde médiatique, les nouveaux rapports à l’information, l’ébranlement des formes traditionnelles de prescription, l’essor des émissions polémiques à la télévision ainsi que l’expansion du web et des réseaux sociaux ont en partie occulté la richesse de la vie intellectuelle. Ils ont favorisé l’essor des idées inscrites dans l’air du temps et instauré des rapports de force différents entre producteurs, médiateurs et diffuseurs d’idées.

Rémy Rieffel montre en sociologue comment le monde intellectuel a peu à peu subi l’attraction du monde médiatique et perdu une partie de son autonomie au regard du pouvoir croissant de sélection, de cadrage et de consécration exercé par les journalistes et les nouveaux influenceurs.

Rémy Rieffel est sociologue des médias, professeur à l’université Panthéon-Assas (IFP) et membre du laboratoire Carism. Il est notamment l’auteur de Que sont les médias ? (Gallimard, « Folio », 2005) et de Révolution numérique, révolution culturelle ? (Gallimard, « Folio », 2014).

Séance 3 / Lundi 8 janvier 2024

Invitée : Marie-Noëlle Doutreix, Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication – Université Lumière Lyon 2 – Laboratoire Elico

Discutantes : Faïza Naït-Bouda, Maître de conférences (Sic.Lab Méditerranée – Université Côte d’Azur – ) et Anastasia Magat, Doctorante en sociologie (UMR Pacte – Université Grenoble Alpes)

Lieu : Salle 319 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 14h à 16h.

Si vous souhaitez y assister à distance, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire sur zoom via ce lien : https://univ-cotedazur.zoom.us/meeting/register/tZArcOitrjwtG9WE4E7hMRhisS4p6dj4V84z

Doutreix, Marie-Noëlle, Wikipédia et l’actualité. Qualité de l’information et normes collaboratives d’un média en ligne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2020, 254 p.

Résumé :

Wikipédia fête ses 20 ans. Prise entre genre encyclopédique et genre médiatique, elle n’est pas une encyclopédie comme les autres. Très sensible aux événements, elle reprend souvent des sources journalistiques. Et sa consultation varie en fonction de ce qui fait actualité à un moment donné : sortie de films, mariage princier ou controverse politique. Depuis sa création, lui ont été reprochés ses approximations, erreurs et biais idéologiques.



Cet ouvrage, tout en questionnant les limites de ses principes (celui de neutralité de point de vue en particulier), analyse les manières dont sa communauté œuvre à la qualité des contenus. De sorte qu’à l’heure où Internet est pointé pour les fausses informations qui y circulent, les pratiques et outils que Wikipédia met en œuvre pour renforcer sa fiabilité pourraient devenir exemplaires.

Marie-Noëlle Doutreix est Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheure membre du laboratoire Elico. Son ouvrage est issu de son travail doctoral et a reçu le prix des Assises internationales du journalisme de Tours en 2021.

Séance 4 / vendredi 24 mai 2024 10h-12h

Invités : Thomas Frinault (Maîtres de conférences à l’Université Rennes 2 – Laboratoire Arènes), Pierre Karila-Cohen (Professeur à l’Université Rennes 2) et Erik Neveu (professeur émérite à l’Université Rennes 2 – Laboratoire Arènes).

Discutant : Nicolas Hubé (professeur à l’Université de Lorraine).

Lieu : Salle 124 sur le site Pouchet, 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, de 10h à 12h.

Si vous souhaitez y assister à distance, une visioconférence sera disponible à partir du lien suivant : : https://univ-cotedazur.zoom.us/j/89986663447?pwd=em5ud1REMEdhWTN3d1RYWHNNREZ0UT09

Thomas Frinault, Pierre Karila-Cohen, Erik Neveu, Qu’est-ce que l’opinion publique ? Paris, Gallimard, 2023, 500 p.

Résumé : Notion faussement familière, “l’opinion publique” est utilisée au quotidien par les journalistes, les acteurs politiques, et invoquée via un outil comme le sondage. Elle laisse penser qu’il serait possible d’accéder à une vision globale, même floue, des attentes d’un peuple. Mais dans nos sociétés contemporaines individualistes, peut-on encore parler d’une opinion publique ? Est-elle la somme des opinions individuelles ? Si tel est le cas, comment les recenser ? Et pourquoi saisir l’opinion : pour l’écouter, la contrôler, l’assagir ? Derrière l’opinion publique se cache donc la question du droit à parler et à être écouté dans l’espace public, question intimement liée aux aspirations démocratiques des sociétés. Dans cette synthèse historique de grande ampleur, les auteurs font émerger des “régimes d’opinion”, c’est-à-dire des configurations sociales et historiques dans lesquelles une forme d’opinion publique trouve à s’exprimer. Ils se penchent sur la notion et les réalités de l’opinion publique du monde grec à nos jours, dressent un bilan des rapports complexes entre sondages et opinion et proposent une réflexion exploratoire sur l’impact des réseaux sociaux sur l’espace public.



Citer ce billet
sociomedias (2024, 7 mai). Actualités de la sociologie des médias, Séminaire 2023-24 du RT–37. Sociologie des médias. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ubfd